Kombouaré en sursis

Kombouaré en sursis

Publié le , modifié le

Avant même le début de saison, Antoine Kombouaré savait que son poste d'entraîneur du Paris Saint-Germain version qatarie était très fragile. Le Kanak a déjà réalisé un petit exploit en restant aux commandes du club de la capitale jusqu'à ce mois de décembre. Mais depuis un mois, la situation s'est désagrégée, et la nouvelle défaite contre Salzbourg en Europa Ligue risque d'être la goutte d'eau faisant déborder le petit vase.

Jusqu'à présent, il était bien difficile pour les nouveaux dirigeants parisiens de justifier le remplacement d'un homme qui obtenait de très bons résultats. Mais depuis quelques semaines, et surtout depuis que le directeur sportif Leonardo n'a pas vraiment caché une entrevue avec Carlo Ancelotti, la machine s'est curieusement enrayée. Quatre jours après la cinglante défaite face au grand rival marseillais (3-0), le club de la capitale qui pensait se refaire une santé en Europa Ligue, a de nouveau chuté. Face au cinquième du championnat autrichien le PSG s'est incliné 2-0 et a vu ses chances de poursuivre la compétition se réduire grandement.

Sempiternelle crise automnale

En octobre-novembre, c'est toujours un peu la même rengaine avec le PSG. Depuis des dizaines d'années, le club est toujours confronté à une crise à cette période, et les millions d'euros injectés par les investisseurs qataris n'ont visiblement pas changé grand chose. On peut toutefois se demander si cette crise là, n'a d'une certaine manière pas été souhaitée par les nouveaux patrons. La rencontre entre Leonardo et Ancelotti pouvait difficilement satisfaire à la fois Kombouaré, et les joueurs eux-mêmes. "Il n'y a rien de concret", avait affirmé Ancelotti il y a 15 jours. Et si depuis, Leonardo s'est montré bien plus loquace devant les micros, ses propos sur sa volonté de ne rien changer à la tête de l'équipe n'ont pas convaincu tout le monde...

Récemment, d'autres noms ont circulé, parmi lesquels Claude Makelele. Pressenti pour assurer l'intérim, l'ancien milieu de terrain du PSG et de l'équipe de France a tenu à réaffirmer son soutien à l'égard de Kombouaré, même si ses propos sont relativement nuancés. "J'ai toujours été derrière le coach, il a mon soutien", a-t-il dit après la défaite en Autriche. Mais il a surtout ajouté que "tant qu'il n'y a pas de décision prise par les  dirigeants, (Kombouaré) est l'entraîneur."

Kombouaré: "Moi, je ne lâcherai jamais"

Après trois défaites d'affilée et quatre matches sans victoire, le PSG se retrouve deuxième du championnat et  presque éliminé de la C3. "Moi, je ne lâcherai jamais", a affirmé jeudi le Kanak au micro de Canal+ sport, tout en reconnaissant que "le doute s'installait". Questionné sur son crédit qui s'amenuise de jour en jour auprès de ses employeurs, il s'est montré assez sec. "Vous vous doutez bien que moi je suis un battant. J'ai toujours envie de me bagarrer. Cette question, il faut la poser à mes dirigeants. Voilà, merci", a lancé Kombouaré avant de quitter la conférence de presse d'après-match. La question est désormais de savoir quand le départ de Kombouaré sera annoncé, et s'il tiendra jusqu'à la trêve hivernale.

Romain Bonte