José Anigo
José Anigo va également être entendu à l'Hôtel de police de la cité phocéenne | BERTRAND LANGLOIS / AFP

José Anigo placé en garde à vue

Publié le , modifié le

Dans le cadre d’une enquête sur des transferts présumés douteux à l’OM, José Anigo, l’ex-directeur sportif du club, a à son tour été placé en garde à vue. Plus tôt ce mardi, une dizaine de personnes (agents de joueurs, intermédiaires) avaient déjà été entendues dans ce dossier.

Résidant aujourd’hui au Maroc où il exerce les fonctions de recruteur pour l’OM, José Anigo n’a pas échappé à la nouvelle vague de gardes à vue qui a relancé ce mardi l’affaire des transferts présumés douteux du club phocéen. Directeur sportif de l'OM de 2005 à 2014 et entraîneur intérimaire à plusieurs reprises, son audition n'avait pas eu lieu fin novembre, lorsque de nombreux dirigeants (dont l’actuel président Vincent Labrune et deux de ses prédécesseurs, Pape Diouf et Jean-Claude Dassier) avaient déjà été interpellés puis remis en liberté sans poursuite.

Le milieu marseillais visé

Au total ce mardi, au moins douze personnes ont été placées en garde à vue à Marseille, dont des agents de joueurs, des intermédiaires, mais aussi des personnes connues pour appartenir au milieu du grand banditisme. D’après une source judiciaire citée par l’AFP, les investigations montrent "une certaine porosité entre des agents de  joueurs respectables et des agents qui le sont moins". Est notamment soupçonnée l’existence de commissions et rétro commissions dans lesquelles des membres du milieu apparaissent. Le transfert d’André-Pierre Gignac en 2010, mais aussi ceux de Souleymane Diawara (de Bordeaux à l’OM), de Mamadou Niang et de Lucho Gonzalez en 2009, sont dans le viseur des enquêteurs. Dès 2011, une information judiciaire avait été ouverte pour "extorsion de fonds, blanchiment et association de malfaiteurs".