Jean Fernandez
L'ex entraîneur de Montpellier, Jean Fernandez | AFP - PASCAL GUYOT

Jean Fernandez démissionne

Publié le , modifié le

Pressentie depuis ce jeudi matin, la démission de Jean Fernandez est effective. Ce dernier l'a annoncé lors d'un point presse avec son, désormais, vice-président Laurent Nicollin. La défaite de Montpellier contre Lorient mercredi soir (2-0), a donc été celle de trop pour Jean Fernandez. Recruté l'été dernier par le club héraultais, le technicien de 59 ans n'est pas parvenu à imposer son style, et a récemment fait l'objet de critiques ouvertes de la part de son président Louis Nicollin. En attendant de lui trouver un successeur, Pascal Baills assurera l'intérim, a précisé Laurent Nicollin.

Elle était dans l'air du temps depuis ce matin, elle est désormais officielle. Jean Fernandez n'est plus l'entraîneur de Montpellier. 

Voir le tweet de MHSC

Un cauchemar

"C'est un cauchemar. Il n'y a que le président qui peut prendre une décision", lâchait un Fernandez totalement désemparé après la déconvenue contre Lorient. "Je suis dans l'état d'esprit de quelqu'un qui a envie de continuer, de se battre, de sortir l'équipe de cette situation", poursuivait-il. "Je me mets à la place du public qui est déçu de voir l'équipe perdre. C'est logique qu'il s'en prenne à l'entraîneur. Je reste serein", avait-il déclaré en conférence d'après-match.

"La connerie" de Nicollin

Avec seulement 15 points au compteur, Montpellier ne pointe qu'à la 17e place du classement de Ligue 1, après 16 journées. La dernière victoire des Héraultais remonte au 6 octobre, face à l'Olympique Lyonnais (5-1). Le 602e match de Fernandez en Ligue 1 devrait vraisemblablement être le dernier à Montpellier. Son équipe n'a plus gagné depuis sept rencontres, et Louis Nicollin n'avait pas mâché ses mots dernièrement en déclarant qu'il avait "fait une connerie en le recrutant" Fernandez.

Le faux espoir

Depuis, l'emblématique président héraultais s'était excusé pour avoir tenu de tels propos, et avait rencontré Jean Fernandez lundi  lors d'un déjeuner. L'ancien entraîneur de Nancy et Auxerre avait toutefois compris le message de Nicollin. "J'accepte les critiques, surtout les critiques de mon président, qui a le droit de dire ce qu'il a envie de dire et de façon dont il le dit. (...) Je lui ai donné des explications, je crois que je l'ai convaincu", avait ajouté le successeur de René Girard.

Deux échecs en moins d'un an

Libres, Rolland Courbis et Frédéric Antonetti seraient pressentis pour prendre la place laissée vacante par Fernandez. Qui que ce soit, le nouveau coach de Montpellier devra impérativement redresser la barre sous peine de voir le club couler définitivement, et se retrouver en Ligue 2 la saison prochaine. Débarqué en janvier dernier de Nancy après des résultats catastrophiques, Fernandez espérait bien se relancer dans l'Hérault. Mais au final, celui qui avait été désigné meilleur coach de L1 pour avoir emmener l'AJ Auxerre à la troisième place du championnat (en 2009-2010), n'aura cette année pu compter que deux victoires pour 34 matches. La roue tourne vite, surtotu en football.

Romain Bonte