Tifo ASSE OL La HAINE
Le tifo du kop sud de Geoffroy-Guichard a mis "LA HAINE" à la LFP | JEFF PACHOUD / AFP

Incidents Saint-Etienne - Lyon : La LFP a "La Haine"

Publié le , modifié le

Au lendemain des incidents qui ont émaillé le derby entre Saint-Etienne et Lyon, la Ligue de football professionnel, le Conseil National de l'Ethique et la préfecture de la Loire se sont positionnés sur une ligne dure. Billet de mauvaise humeur.

Le scénario était prévisible. Pas celui d'une soirée rocambolesque où Stéphanois et Lyonnais n'ont pas fait dans la finesse mais celui des instances dirigeantes du football qui condamnent en bloc les incidents de dimanche soir, quitte à forcer le trait sans se donner la peine de réfléchir. Interdits par le règlement de la LFP à cause de leur dangerosité, les fumigènes craqués en grand nombre dans les deux kop de Geoffroy-Guichard ont bien évidemment mis le feu aux poudres. Souvent sanctionnée pour des allumages intempestifs de ses supporters, l'ASSE risquait déjà gros pour les prochains matches. Malheureusement, des incidents ont également éclaté dans le périmètre du stade. Les dégradations et les 14 blessés, qui n'ont rien à faire autour d'une manifestation sportive, vont alourdir la note. Celle de l'OL va se monter à environ 35.000 euros après l'arrachage d'une trentaine de sièges et la destruction des toilettes de l'espace Visiteurs. La communauté urbaine de Saint-Etienne a logiquement porté plainte contre X. Le préfet de la Loire Evence Richard a déjà promis qu'on ne l'y reprendrait plus à autoriser le déplacement des supporters  adverses dans un derby. "Depuis trois ans, ces derbies se déroulaient sans supporter de l'équipe visiteuse à Geoffroy-Guichard. J'avais été compréhensif en acceptant (dimanche) la venue de 850 supporters de l'Olympique lyonnais, croyant que tout le monde avait compris le message. Je me sens trahi", indique-t-il à l'AFP. "Cette soirée était assez consternante, poursuit le représentant de l'Etat. Je suis scandalisé du comportement violent de supporters stéphanois et lyonnais qui a fait 14 blessés légers, dont deux policiers, alors que le dimensionnement du service d'ordre a permis d'éviter tout heurt direct entre eux".

La LFP n'est pas cinéphile

Et puis il y a eu les tifos, moyen d'expression emblématique des supporters ultras, que la LFP encourage pourtant avec son classement des tribunes. Les supporters de l'ASSE se sont d'ailleurs souvent distingués en remportant plusieurs saisons d'affilée ce classement grâce à leurs chants et leurs animations. Celui de dimanche est visiblement mal passé pour une référence cinématographique que la Ligue et le Conseil National de l'Ethique, qui lui est rattaché à la Fédération française de football, n'ont pas comprise. En cause un double tifo déployé par les Green Angels dans le kop sud de Geoffroy-Guichard. Lors de l'entrée des équipes, "Pas de cinéma, ce soir on a LA HAINE", référence au film éponyme de Mathieu Kassovitz, puis un second message : "L'important c'est pas la manière - c'est la victoire". Deux banderoles "incitant à un comportement antisportif et contraire aux valeurs du football", selon le CNE et condamné par la LFP lundi après-midi. Un double message qui est pourtant dans l'esprit d'un derby où les supporters des deux camps attendent surtout de leurs joueurs une victoire, le beau jeu n'étant que secondaire. Suite aux piètres prestations des Verts depuis un mois, les GreenAngels ont adressé ces quelques mots à leurs joueurs. Trop subtil pour être compris par tous ? En revanche, la banderole bien plus choquante de quelques supporters de l'OL ("Arrêtez de vous reproduire en famille") est semble-t-il passée inaperçue... Celle-là rappelle pourtant la tristement célèbre banderole parisienne sur les Cht'is en finale de la Coupe de la Ligue (PSG - Lens, le 29 mars 2008). La Ligue va-t-elle devoir établir un code de déontologie pour juger de la pertinence des tifos jusqu'à en retirer l'essence même ? Légiférer n'est sûrement pas la solution d'autant que des lois existent déjà pour les messages à caractère racistes et homophobes.

Fékir acteur de série B

Que dire alors de la bêtise de Nabil Fekir qui a bien plus de torts dans l'envahissement de terrain que le tifo du kop sud, qui n'a d'ailleurs par bougé quand le Lyonnais a exhibé son maillot sous son nez ? Sûr que ça les a démangé d'y aller face à ce petit capitaine sans élégance. Mais l'envahissement de terrain, rapidement contenu, est venu de la tribune opposée où siègent les Magic Fans. Le joueur ne regrette rien de son geste. Il essaie même de s'en sortir avec une pirouette ratée. "Maintenant, si on ne peut plus rien faire... mieux vaut faire du théâtre ou autre chose", a-t-il indiqué lors du rassemblement des Bleus où Didier Deschamps lui a rappelé certaines valeurs. Les mêmes que Bruno Genesio dimanche, modeste et respectueux dans la victoire des siens 5-0 dans le Chaudron. Peut-être Fekir aura-t-il l'occasion de s'en expliquer à nouveau devant la commission de discipline de la LFP. Encore faut-il qu'elle le convoque... Une explication de texte que l'on espère plus fertile que celle d'un tifo sur fond noir.