Bastia-OM
Des violences sont survenues aux abords du stade de Furiani | AFP PHOTO / PASCAL POCHARD-CASABIANCA

Incidents Bastia-OM: 6 mois avec sursis pour un supporter bastiais

Publié le , modifié le

Un supporter du Sporting Club de Bastia a été condamné jeudi à six mois de prison avec sursis et deux ans d'interdiction de stade pour sa participation aux incidents contre les forces de l'ordre lors du match à domicile contre Marseille le 9 août en marge de la 1ère journée de Ligue 1. Le jeune homme, également condamné à 3000 euros d'amende, était jugé en comparution immédiate après sa garde à vue au commissariat de la ville corse.

La justice a frappé fort. Comme cinq de ses congénères fin août, un sixième supporter bastiais a été lourdement condamné suite aux incidents ayant émaillé la rencontre entre le SCB et l'OM lors de la 1ère journée de Ligue 1. Jugé en comparution immédiate, il a écopé de 3.000 euros d''amende, six mois de prison avec sursis et deux ans d'interdiction de stade. Aux abords du stade Furiani, quarante-quatre policiers et gendarmes avaient été "blessés ou contusionnés", selon le ministère de l'Intérieur, quand une centaine de supporters , selon une source proche du dossier, avaient lancé des bombes agricoles, des barrières et des pierres sur les membres des forces de l'ordre. 

Le sixième supporter bastiais condamné

Le 26 août, déjà, un supporter bastiais a été condamné à six mois de  prison ferme avec mandat de dépôt et trois ans d'interdiction de stade pour sa  participation à ces incidents. Ce jeune homme alors jugé en comparution immédiate par le tribunal  correctionnel de Bastia était soupçonné d'avoir jeté une barrière métallique  sur les CRS, devant le stade de Furiani. Il avait déjà été condamné pour des faits de violence, mais sa peine était  purgée et il n'était plus sous le coup d'un sursis. Une peine de 10 mois ferme  avait été requise. Quatre autre supporteurs âgés de 20 à 39 ans avaient été condamnés le 19  août à des peines de six à huit mois de prison avec sursis pour coups et  blessures, assorties d'interdiction de stade d'un an.

Jerome Carrere