Ibrahimovic contre Saint-Etienne
Ibrahimovic contre Saint-Etienne | AFP-Thomas COEX

Ibrahimovic-Aubameyang: un duel dans le match

Publié le , modifié le

Le duel des deux meilleurs buteurs du championnat, le Parisien Zlatan Ibrahimovic et son dauphin stéphanois Pierre-Emerick Aubameyang, sera l'attraction du choc de la 29e journée entre le PSG, leader de la L1, et Saint-Etienne, dimanche à Geoffroy-Guichard. Deux réalisateurs essentiels à leurs clubs, deux hommes attirés par le but mais au caractère bien différent. Autant Zlatan est tourné vers la performance individuelle, autant PEA s'attache à être efficace pour le collectif.

L'énigme Ibra

Depuis la petite phrase contre le public parisien ("il en demande beaucoup, ce qui est étrange vu ce qu'il avait avant, parce qu'avant... il n'avait rien") prononcée après le succès contre Nancy (2-1), le 9 mars, le géant suédois est au centre de toutes les interrogations. A-t-il signifié son ras-le-bol et prépare-t-il déjà son départ en fin de saison? Ou bien cette saillie verbale fait-elle partie de ces provocations dont lui seul a le secret et dont il se nourrit pour y puiser sa motivation ? Cette déclaration laisse en tout cas perplexe et fait suite à ses appels du pied répétés en direction de l'Italie et de l'AC Milan, son ancien club, depuis son arrivée à Paris à l'été 2012. Le comportement et le rendement d'Ibra seront donc scrutés de très près à Saint-Etienne même si ses états d'âme, qui font totalement partie du personnage, ne l'ont pas empêché de survoler la L1 avec un total faramineux de 24 buts inscrits.    

Saint-Etienne ne constitue d'ailleurs pas un très bon souvenir pour Ibrahimovic. A l'aller au Parc des Princes (défaite 2-1, 11e journée), le Suédois, bien muselé par la défense stétanoise, s'était surtout illustré par un geste de kung-fu sur Ruffier, qui avait échappé à l'arbitre mais lui avait ensuite valu deux matches de suspension. Trois semaines et demi plus tard dans le Chaudron, les Verts éliminaient le PSG en quart de finale de Coupe de la Ligue aux tirs au but. Manque de chance pour Saint-Etienne, après un début d'année en dents de scie, le Suédois de 31 ans est de nouveau irrésistible avec 7 buts en 8 rencontres, toutes compétitions confondues.

Aubameyang, l'homme qui monte

Avec 16 buts et 7 passes décisives en L1, l'attaquant gabonais de 23 ans effectue la meilleure saison de sa carrière et forme avec Brandao (9 buts, 1 passe) un duo redoutable. Buteur à l'aller au Parc, l'ancien Milanais a connu un léger creux entre novembre et fin janvier, une méforme qui, comme par hasard, a correspondu à la période d'indisponibilité de Brandao sur blessure. Mais avec le retour du massif Brésilien, "PEA" n'a pas tardé à retrouver la lumière et a repris de plus belle son rythme de croisière (au moins un but inscrit sur chacune des sept dernières rencontres de l'ASSE en L1), propulsant les Verts au pied du podium après une série de 13 matches sans défaite, toutes compétitions confondues.

Clin d'oeil du destin, Aubameyang va retrouver sur le banc parisien un certain Carlo Ancelotti, qu'il avait côtoyé durant son année passée dans l'équipe de jeunes de l'AC Milan (2007-2008). Peut-être une source de motivation supplémentaire pour Pierre-Emrerick Aubameyang, qui veut finir la saison en boulet de canon, avant peut-être d'aller voir ailleurs, dans une équipe de dimension européenne. A moins que Saint-Etienne, où il sent sent bien, parvienne à accrocher une place en Ligue des champions. Difficile mais pas impossible. Cela commencera sans doute par un résultat probant conter le PSG. 

Christian Grégoire