Hué à Lens, puis réconforté, Sagnol fond en larmes

Hué à Lens, puis réconforté, Sagnol fond en larmes

Publié le , modifié le

Bordeaux, vainqueur à Lens (2-1), a offert un épilogue heureux à la semaine tourmentée de son entraîneur Willy Sagnol, après ses propos polémiques sur "le joueur typique africain", qui a fondu en larmes après avoir été pris dans les bras de ses joueurs dont Cheick Diabaté après son but.

Après cette victoire, les Girondins, qui ont fait preuve de beaucoup de  réalisme, prennent provisoirement place sur le podium de la L1, en attendant  les matches de dimanche. C'était le premier match de Sagnol sur le banc depuis la vive polémique  provoquée cette semaine par ses propos sur le "joueur typique africain".  Copieusement sifflé par le public de Lens avant le coup d'envoi, l'entraîneur a  fondu en larmes après que son attaquant Cheick Diabaté, qui venait de marquer  le deuxième but bordelais, est venu le réconforter, comme l'ensemble de  l'équipe. Avant la rencontre, la poignée de main entre Sagnol et son homologue  lensois Antoine Kombouaré, qui lui avait adressé de vives critiques en raison  de ses propos, s'est déroulée normalement, comme Kombouaré l'avait promis.

Les Girondins, qui restaient sur trois défaites et un nul à l'extérieur en  championnat, ont fait la différence en première période grâce à Khazri, buteur  puis passeur pour Diabaté et ont contrôlé après la pause malgré la réduction du  score lensoise par Touzghar sur penalty. Les hommes de Sagnol sont désormais troisièmes avec 24 points, soit autant  que le Paris SG et quatre de moins que le leader Marseille, qui se déplace  dimanche au Parc des Princes. En revanche, les joueurs de Kombouaré, qui n'ont pris que 4 points lors des  huit derniers matches (1 victoire, 1 nul et 6 défaites), restent à 11 points. Pourtant ils avaient tenté d'emballer le match mais ont manqué de  percussion dans le dernier geste, à l'image de Guillaume (13e, 33e) ou de Baal  (23e, 31e). En face, Bordeaux a donné une leçon de réalisme aux Sang et Or en ouvrant  le score sur sa première occasion. Lancé par Touré, Khazri a trompé Belon d'une  frappe enroulée du droit (0-1, 24).

Comme un seul homme 

Peu avant la mi-temps, les Girondins ont assommé les Artésiens en doublant  la mise. Khazri a lancé plein axe Diabaté, en position de hors-jeu, qui a  éliminé Belon et marqué dans le but vide (0-2, 41). Comme un seul homme, tous les joueurs bordelais se sont alors dirigés vers  le banc pour communier avec Sagnol, très ému par leur geste et qui n'a pu  retenir ses larmes. En seconde période, les Lensois sont repartis à l'assaut du but de  Carrasso, mais de manière trop désordonnée pour inquiéter la solide défense  bordelaise. Pire encore, ils se sont exposés aux contres bordelais et sont passés tout  près de la correctionnelle sur des frappes de Diabaté (52e) et Poundje (57e).

Les Sang et Or ont finalement obtenu un coup de pouce de l'arbitre, Mikael  Lesage, qui a sifflé un penalty injustifié pour une supposée faute de Planus.  Touzghar l'a transformé et a relancé son équipe (1-2, 74). Poussés par un stade de la Licorne rempli, les Sang et Or se sont rués à  l'attaque, sans parvenir à prendre à revers des Bordelais qui attendaient  depuis 15 ans un succès sur la pelouse de Lens.

AFP