Hubert Fournier OL
L'entraîneur de l'OL, Hubert Fournier | AFP - JEAN-PIERRE CLATOT

Hubert Fournier et l'OL croient au titre

Publié le , modifié le

Le succès de prestige en terre bordelaise (5-0) a décomplexé les Lyonnais. Désormais deuxième du championnat derrière l'OM, l'OL n'hésite plus à évoquer le titre par la voix de son entraîneur Hubert Fournier. Ce n'est "plus un sujet tabou" selon lui.

Quelles sont vos ambitions après cette victoire ?
Hubert Fournier
: "Essayer de tenir la cadence, ce sera déjà quelque chose d'intéressant  car ça avance vite devant, et puis aussi surtout continuer à croire en ce que  l'on est en train de mettre en place car c'est là dessus qu'on s'est appuyés pour retrouver le podium et glaner ces 39 points. On est passés par des moments  difficiles et c'est d'autant plus valorisant d'avoir passé ces moments  ensemble, on apprécie d'autant plus les belles soirées comme celle de ce soir."

Est-ce que le titre est un tabou ?
H. F.
: "Le titre, non c'est pas un tabou mais bon, on est qu'à la moitié du championnat. On a un très beau champion d'automne avec Marseille qui a fait preuve d'une grande régularité sur cette phase aller, ce qui n'a pas été notre  cas et puis on a une équipe parisienne à qui le titre est normalement dédié. Après s'ils en veulent pas les Parisiens et bien il y en aura un qu'il le  prendra car il faudra bien un champion et on verra si on est encore dans la course au mois d'avril. Après on va calmer tout le monde, il ne faut pas  oublier que ça va très vite dans un sens comme dans un autre. Au soir de la 4e journée, on était à sept points de cette équipe bordelaise, on était 17e du championnat. Quinze journées après, on a inversé un peu la tendance".

Le duo Lacazette-Fékir a encore été excellent...
H. F.
: "Ils ont pesé, c'est un poison constant pour les défenses adverses mais j'ai envie de mettre en avant le travail des milieux de terrain. Max (Gonalons) a été énorme, Ferri ou Tolisso autour de lui ont vraiment pris la mesure de l'entrejeu ce soir. C'est une génération en progrès qui prend confiance. On a  fait une première mi-temps solide où on a fait beaucoup courir cette équipe  bordelaise et puis en deuxième mi-temps, on a senti qu'on avait peut-être un  peu plus de fraicheur, ils nous ont offert beaucoup d'espaces et il faut reconnaitre que l'expulsion de Pallois a ajouté une difficulté supplémentaire à cette équipe girondine".

AFP