Ballon foot
- | FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

Hooliganisme: 629 personnes interpellées depuis le début de la saison

Publié le , modifié le

Pas moins de 629 interpellations de supporters ont eu lieu depuis le début de la saison en Ligue 1 et Ligue 2 et 328 personnes font l'objet d'une interdiction de stade, a indiqué mardi la Division nationale de lutte contre le hooliganisme (DNLH), réunie à Saint-Etienne.

"Sur les quelque 600 matches de championnat (L1 et L2) qui se sont déroulés au cours des 30 premières journées de la saison 2015-2016, 629 personnes ont été interpellées (...) et 54 policiers ou gendarmes ont été blessés", a déclaré le commissaire Antoine Boutonnet, chef de la DNLH lors d'une conférence de presse. A l'issue de la saison 2014-2015, 767 personnes avaient été interpellées à l'occasion des matches de Ligue 1 et Ligue 2 avec 367 interdictions de stade. Cette saison, alors que la L1 et la L2 entrent dans leur dernière ligne droite, les principaux motifs d'interpellation concernent des faits de violences (27,4%), d'usage d'engins pyrotechniques (19,7%) et d'infractions contre les biens des personnes (17,8%).

Commentant les nombreuses interdictions de déplacements de supporteurs visiteurs à l'occasion des journées de championnat, le commissaire Boutonnet a fait valoir que leur augmentation s'expliquait par la réaffectation de forces de l'ordre à la lutte anti-terrorisme et à la surveillance de sites sensibles. "Dans le cadre de la mise en place de l'état d'urgence, la menace terroriste a en effet nécessité une disponibilité accrue des forces de l'ordre qui ne devaient être détournées des missions de sécurisation pour répondre à des débordements liés au comportement des supporteurs dans le cadre des rencontres sportives", a-t-il indiqué. Le patron de la DNLH réagissait notamment à une remarque ironique du président du directoire de l'AS Saint-Etienne, Roland Romeyer, sur une initiative d'un groupe de supporters ultras des Verts, le week-end dernier, lors du match opposant l'ASSE à Montpellier (3-0).

"Je ne sais où en est la mise en vente sur le site le Bon Coin de la tribune visiteurs par les Magic Fans", a noté M. Romeyer en faisant allusion à un tifo déployé lors du match et parodiant une annonce du fameux site de petites annonces en ligne. "Après tout ça m'arrangerait de ne plus avoir à payer la location de cette partie du stade pour rien", a-t-il ajouté, évoquant par ailleurs les 2,5 millions d'euros payés annuellement au ministère de l'Intérieur par le club stéphanois pour les forces de l'ordre mobilisées les jours de matches.

AFP