René Girard
René Girard | AFP - FRANCOIS LO PRESTI

Girard veut tourner la page

Publié le , modifié le

"Il faut se remettre dans le droit chemin et s'appuyer sur ce qui fait notre force", a martelé mercredi René Girard, l'entraîneur de Lille, trois jours après la douloureuse défaite à domicile face à Reims (1-2).

Avec le recul, quelle est votre analyse de la défaite face à  Reims dimanche ?
René Girard
: "Je suis très déçu de ce match. Je reste sur ma position. On prend  un but casquette mais vu le peu d'agressivité qu'on avait mis, on pouvait  s'attendre à se prendre une tuile sur la tête à un moment ou à un autre. On a  manqué d'agressivité et d'impact sur ce match. On est tombé sur une équipe de  Reims bien organisée, bien en place, mais ce n'était pas non plus la mer à  boire si on avait mis plus d'enthousiasme et plus d'envie. On en a parlé avec  les joueurs et je pense qu'ils en sont conscients."

Pensez-vous que votre équipe subisse un contre-coup physique après cette  belle première partie de saison ?
R G
 : "C'était une reprise à la maison, on a joué Paris juste avant la trêve,  mais on ne s'est pas arrêté longtemps. Je persiste à dire que physiquement on  n'a pas perdu énormément donc il ne faut pas grand chose pour se remettre. Mais  bien sûr qu'on décompresse. On l'avait vu 20 minutes contre Amiens (le 4  janvier en Coupe de France, ndlr) et là on l'a vu un peu plus longtemps.  Dimanche on n'a pas été bouffé mais ce n'était pas une équipe de CFA donc à  l'arrivée, contre une équipe de Ligue 1, on peut le payer cher. Et on l'a payé cher."

Qu'avez-vous dit à vos joueurs cette semaine ?
R G
: "Il faut se remettre dans le droit chemin, s'appuyer sur ce qui fait  notre force, c'est-à-dire de l'enthousiasme, de la détermination, de  l'agressivité, de la rigueur. C'est cet ensemble de choses qui nous a permis de  réaliser une première partie de saison très intéressante. Il faudra qu'on soit  capable de proposer autre chose. On va jouer des équipes qui jouent la descente  ou qui vont trouver la motivation face aux équipes plus huppées comme Paris,  Monaco ou nous. C'est à nous d'être capable de rester à notre niveau et de  faire le petit plus. Et quand on est moins bien, il faut penser que les matches  quand on ne le gagne pas, il faut tout faire pour ne pas les perdre. Ce n'est  pas une seule contre-performance qui va nous faire douter ou tout remettre en  cause."

AFP