René Girard
René Girard, l'entraîneur de Lille | AFP - PASCAL GUYOT

Girard satisfait de son Losc

Publié le , modifié le

Après avoir battu Monaco et Marseille à domicile, Lille a confirmé que sa troisième place à mi-saison n'était pas usurpée en tenant tête au Paris SG dimanche au Parc des Princes (2-2). Le Losc, qui pointe respectivement à quatre et une longueurs du leader parisien et de son dauphin, Monaco, a réalisé la meilleure phase aller de son histoire en récoltant 40 points. De quoi satisfaire l'entraîneur René Girard qui loue "l'état d'esprit" et le "plaisir de jouer ensemble" de son groupe.

"Atteindre les quarante points....C'est une performance. On peut être satisfait du travail accompli. On a un petit matelas par rapport aux équipes qu'il y a derrière nous et  ça permet de travailler dans la sérénité", apprécie Girard.

Confirmer à la maison

Les Dogues comptent en effet neuf points d'avance sur le quatrième, Bordeaux. Un écart non négligeable à mi-saison. Pour réaliser ce formidable début de saison, Lille s'est notamment appuyé  sur son gardien Vincent Enyeama, leader d'une défense de fer, la meilleure de  L1 avec seulement 8 buts encaissés, et sur une efficacité redoutable dans son  stade. Le Losc est en effet la meilleure équipe à domicile avec 8 victoires pour  seulement une défaite (contre Nice). Et es Lillois auront l'avantage de recevoir dix  fois lors de la phase retour, contre neuf pour le PSG et Monaco.
"Le parcours à la maison est très important. Être la meilleure équipe à  domicile (de la phase aller) est plus important que les records personnels", précise Girard. "Tout le monde se donne à fond...." Et pour l'entraîneur dont les méthodes ont fait leurs preuves à Montpellier,  "Être troisième à la trêve, c'est bien. On était parti avec moins d'ambitions que cela. C'est le fruit d'un travail collectif. Il faut rester dans cet état d'esprit car c'est cela qui nous a menés là." 

Désormais être ambitieux

Lille ne peut plus se cacher et va devoir gérer ce surplus de  médiatisation. Mais cela ne semble pas déranger René Girard, qui se montre ambitieux. Même si avec un effectif assez court, il va devoir s'accrocher. "On ne pensait pas être là mais il faut continuer à bosser. Ma religion, c'est le travail. Mais ces résultats doivent aussi nous amener de l'ambition. Les garçons doivent croire en eux et être conscients qu'ils peuvent faire quelque chose de bien."

Christian Grégoire