Girard: "Je suis fier de mes garçons"

Girard: "Je suis fier de mes garçons"

Publié le , modifié le

Grâce à son court succès sur Bordeaux (1-0) samedi à La Mosson et au nul du PSG à Lyon (4-4), Montpellier reprend la première place de Ligue 1 délaissée le 21 décembre 2011. René Girard salue le caractère de son équipe qui a su se montrer patiente et y croire jusqu'au bout face à une valeureuse équipe girondine.

Quel est votre premier sentiment après ce succès?
RENE GIRARD: "On a remporté une belle, très belle victoire que je savoure. Je suis fier de mes garçons. Je la savoure car ce fut un match compliqué. Il y a des jours où ce n'est pas simple et où il faut éviter de commettre la moindre erreur. On est tombé sur une équipe de Bordeaux, solide et bien dans sa peau. On a su être patient. Cette saison, on est capable d'y croire jusqu'au bout".

Est-ce la marque des champions?
R.G. : "Il ne faut pas exagérer. C'est une belle saison, une saison qui continue. Après le match à Paris, il n'était pas simple d'enchaîner devant un adversaire coriace. Il fallait s'attendre à une partie très rude comme ce fut le cas. C'est bien de s'adapter à ce genre de situation, de ne pas être trop pressé. On a su être patient jusqu'au but de John Utaka. J'étais un peu inquiet, car on sortait d'un match qui nous avait beaucoup pris par l'environnement, par l'aspect médiatique et le match. Il fallait avoir le jus pour user cette équipe de Bordeaux qui joue à cinq en défense. A tout moment, on peut aller chercher quelque chose. On sait que les garçons ne vont pas laisser tomber. Même si nous avons eu un passage ou deux un peu délicat, je n'ai pas douté. Qui plus est, on a retrouvé la Paillade, un public chaud. Les gens nous ont aidés, ils étaient vraiment là dans les 20 ultimes minutes pour nous aider à réussir notre travail. On attendait ça depuis longtemps".

Les entrées d'Aït-Fana et Stambouli ont-elles été décisives?
R.G. : "On avait prévu de titiller Bordeaux dans les intervalles et la profondeur. On l'a fait un peu en début de match. Ensuite, on n'a pas eu suffisamment de percussion. Aït-Fana a permis d'accélérer le jeu, Stambouli est bien rentré aussi. La rentrée des remplaçants a permis de mettre une seconde couche, c'est bien. Tout le monde est là, tout le monde est sur le pied de guerre. C'est toujours compliqué de jouer face à une telle défense. On ne peut pas trop se lâcher, car on peut prendre un contre dans la gueule. On a souffert devant une équipe qui n'avait pas perdu depuis un petit moment. Je retiens avant tout notre petite victoire. Même si elle est petite, elle me fait plaisir".

AFP