René Girard l'entraîneur de Montpellier
René Girard l'entraîneur de Montpellier | PASCAL GUYOT / AFP

Girard : "Il n'y a pas le feu"

Publié le , modifié le

Si la crise ne couve pas à Montpellier, elle n'est plus très loin après la défaite du champion sortant contre Marseille à la Mosson (1-0) lors de la 3e journée de Ligue 1. L'entraîneur René Girard veut rester serein dans la tempête et demande à ses joueurs d'arrêter les erreurs fatales. "On fait les conneries quand il ne faut pas", regrette-t-il.

Q: Comment accueillez-vous cette 2e défaite de la saison, par de la déception ou de la colère ?
R: "On a fait des efforts, mais on fait l'erreur qu'il ne faut pas au moment où il ne faut pas et on la paie comptant. C'est toujours de la déception, par habitude quand on ne peut pas gagner ce genre de matches, il ne faut pas le perdre".

Q: C'est le scénario que vous redoutiez ?
R: On ne peut pas dire que ce soit la bonne dynamique et qu'on soit dans la sérénité. Mais ça fait partie du métier, c'est là qu'on va voir si on est costaud ou si on ne l'est pas. Mais il n'y a pas le feu, il y a des petits signes qui font réfléchir. Aujourd'hui dans des conditions pas faciles pour les deux équipes, cette équipe de Marseille n'a pas montré grand chose si ce n'est du réalisme. Ce que je regrette c'est qu'à chaque match on fait notre bourde."

Q: Qu'est-ce qui ne va pas dans le jeu ?
R: On manque de liant par rapport à la saison dernière, ça s'explique par les nombreux changements dans l'équipe. Mais aujourd'hui c'est un match où on ne doit pas finir sans rien. Aujourd'hui on ne fait pas les bons choix, on fait les conneries quand il ne faut pas. Il faut attendre des jours meilleurs. Certes il manque Jamel (Saihi), il manque Marco (Estrada), on n'a pas le choix. Mais encore aujourd'hui je ne peux pas reprocher aux joueurs de ne pas avoir donné le maximum, on aurait pu marquer en première période, on ne l'a pas fait. Depuis le début de saison, il y a un manque singuler de relations (avec Herrera, ndlr), mais l'équipe n'a jamais été la même. On va bosser, c'est pas le genre de la maison de lâcher, ce n'est que la 3e journée. On fait une entame de saison difficile, il faut essayer de gommer ça. Quand on gagne 1 à 0, ça veut dire qu'on est costaud, quand on perd 1 à 0, c'est qu'une bêtise commise se retourne contre vous".