Girard: "il faut rester vigilants et concentrés"

Girard: "il faut rester vigilants et concentrés"

Publié le , modifié le

L'entraîneur de Montpellier René Girard dit "redoubler de vigilance" pour le dernier match de la saison, dimanche à Auxerre pour la 38e journée de Ligue 1, qui peut offrir au club héraultais le premier titre de champion de France de son histoire. Même si l'AJA est déjà relégué, il ne veut pas prendre ce match à la légère et se dit que tout peut arriver, le meilleur comme le pire.

Comment préparez-vous ce dernier rendez-vous, décisif pour le titre ? 

"On essaie de le préparer le plus simplement du monde. Comme un match ordinaire, même s'il ne l'est pas. Avec tout ce qui nous arrive, c'est compliqué. D'autant que quand on arrive au bout, c'est toujours difficile. Je dois redoubler de vigilance pour garder tout le monde concentré et concerné.  L'importance du match doit nous tenir en haleine. C'est une semaine qui n'est  pas comme les autres, même si le travail reste le même. Comme je l'ai dit aux joueurs, si on n'est pas capable de savoir que ce qui peut se produire peut être extraordinaire, je ne sais pas quand on le saura. Les joueurs ont bien bossé, mais il ne faut pas s'appuyer sur le fait qu'Auxerre descend en L2 pour  imaginer que ce sera un match tranquille"

 Est-il compliqué de gérer l'euphorie ambiante ? 

"C'est compliqué de gérer l'environnement. Tout le monde est très sollicité. A nous de rester concentrés, de ne pas sortir de notre fil conducteur. Depuis un mois, nous avons vécu plusieurs étapes. Avec le match à Toulouse, où c'était presque fait mais il n'y avait rien de fait. Avec le match  devant Lille où c'est presque fait, mais il n'y a rien de fait. Ce sera fait dimanche soir si on fait ce qu'il faut. Et pas avant". 

La déception serait-elle immense de rentrer d'Auxerre sans le titre ? 

"Comme on a fait une partie du chemin devant, on a notre destin entre  nos mains. On possède toujours trois points d'avance sur Paris. Un résultat positif peut nous permettre de décrocher quelque chose de fabuleux. Par rapport  à notre parcours, on pourrait se sentir frustré. Il faut faire ce qu'il y a à  faire pour y échapper. Quand on regarde cette équipe-là, son effectif et sa qualité, on voit  qu'elle n'est pas à sa place. Elle a vécu une saison cauchemardesque. On espère  que les Auxerrois ne vont pas attendre le dernier match pour se réveiller et tout jouer là-dessus comme j'ai pu le lire. Malgré leur classement et leur relégation, les Auxerrois, qui sont désireux de respecter leur public, ont du  talent. Nous devrons être vigilants pour bien aborder ce match".

 N'est-ce pas une chance unique pour Montpellier de devancer le PSG ? 

"Si j'écoute tout le monde et si j'entends bien, c'est la dernière année  où il y a la place pour les dix-neuf autres équipes du championnat. Ensuite, sur les dix prochaines années, tout sera réservé à Paris. Cela serait bien que l'on profite de l'occasion pour se servir. Par le passé, il y a eu Auxerre,  puis Lille, nous aujourd'hui, ce n'est pas forcément la dernière fois qu'il y aura un trublion. Je ne sais pas si c'est la loi du plus fort et du plus riche qui prendra le pas sur le reste, car on est capable de travailler, de s'investir et de faire les choses comme il faut. On montre que l'on peut exister. Tout le monde dit que ce sont les plus riches qui gagnent toujours, mais ce n'est pas toujours le cas".

francetv sport @francetvsport