René Girard, Lille
L'entraîneur de Lille René Girard | DENIS CHARLET / AFP

Girard évoque le traitement du LOSC

Publié le , modifié le

René Girard était soulagé après la difficile victoire du Losc dimanche face à Toulouse (1-0) et a souligné en conférence de presse que ses joueurs y ont "cru jusqu'au bout".

René, cette victoire a été très difficile à obtenir ?
RENE GIRARD: "Plus c'est dur, plus c'est bon ! On a mieux joué à onze contre dix et nos efforts ont fini par payer. C'est un match que l'on pouvait redouter puisqu'il arrive après la coupure. 14h, ce n'est pas un horaire habituel. Et puis Toulouse propose un système solide qui ne facilite pas les choses. On a fait le maximum, on y a cru jusqu'au bout. Ça n'a jamais été simple. Jusqu'où peut-on aller ? Jusqu'à la semaine prochaine, déjà."
   
Quel est votre sentiment sur la prestation de votre gardien Vincent Enyeama ?
R.G: "Vincent a fait des arrêts décisifs en début de match et dans les dernières minutes. Il est resté attentif jusqu'au bout. Mais tout le monde y a mis du sien. On a eu un peu de réussite, c'est vrai, mais il ne faut pas trop se poser de questions. Faire comme Marseille l'an dernier ? Mais on ne veut pas être Marseillais, on veut être Lillois ! En fait, je ne vis pas sur les stats donc on verra bien. On parle moins de nous qu'une équipe comme le PSG mais c'est logique. On ne pense pas à ça. Je ne sais pas si on va pouvoir rivaliser avec le PSG. Pour l'instant, Paris est à quatre points, on ne peut pas dire qu'ils aient pris le large. Il y a des matches intéressants d'ici la fin de l'année, on va voir."
   
Le but est marqué par un défenseur. Cela montre-t-il que votre système de jeu est plus axé sur la défense ?
R.G: "C'est un défenseur qui marque le but mais pour moi ça ne veut pas dire  que notre système est uniquement défensif. Cela prouve surtout qu'on a un collectif. A moins d'avoir une équipe très prolifique sur le plan offensif, ce n'est pas évident de marquer des buts. C'est bien quand cela vient de derrière, cela montre que tout le monde peut marquer. Et cela permet de débloquer des matches bridés, qui ont du mal à se défaire, comme ce fut le cas ce soir."

AFP