Françis Gillot (Bordeaux)
Françis Gillot (Bordeaux) en conférence de presse | JEAN PIERRE MULLER / AFP

Gillot : "On nous tire dessus"

Publié le , modifié le

"On nous tire dessus sans comprendre les choses", s'est défendu jeudi l'entraîneur de Bordeaux Francis Gillot visiblement remonté contre les critiques et "les débats de comptoirs" qui s'abattent sur son équipe qui, si elle "récupère sa fraîcheur et son envie" samedi (20h) contre Lorient, a encore une carte à jouer en L1.

Question: Vous entrez dans la dernière ligne droite, quel est l'objectif des Girondins ?
Francis Gillot: "Ne pas déraper. Il reste un quart de championnat, c'est quand même  beaucoup, neuf matches. Évidemment on a plutôt intérêt à faire un bon parcours  si on veut être dans les cinq, six premiers. Il fallait sept victoires lors des  dix derniers matches, on n'a pris qu'un point à Toulouse (0-0). Il va falloir  commencer à gagner les matches".

Q: Vous allez jouer Lorient, Marseille et Montpellier, qui sont des  concurrents. Vous allez donc en savoir plus ?
FG: "Il faudra prendre des points contre trois bonnes équipes. On va  s'étalonner avec ce qui se fait de mieux en France pratiquement. Si on ne prend  pas beaucoup de points contre ces trois équipes, ça va réduire nos chances  d'être dans les cinq, six".

Q: Lorient n'est pas une équipe facile à jouer ?
FG: "Comme d'habitude. Je suis en train de les regarder (en vidéo), c'est  compliqué, ils ont beaucoup de bons joueurs techniques. Si on n'est pas bon  dans la récupération, on risque de courir après le ballon. C'est une équipe  bien en place et même s'ils ont quelques blessés, ils ont ce qu'il faut. A  l'aller, cette équipe nous avait réussi (victoire 4-0 ndlr) même s'il manquait  pas mal de joueurs. Cela peut être un bon match si on récupère notre fraîcheur  et notre envie. Eux, ils jouent tout le temps de la même façon avec beaucoup  d'envie à l'extérieur et sans défendre, ça risque d'aller d'un but à l'autre,  j'espère".

Q: Quelle est votre réaction à cette statistique qui montre que les matches  de Bordeaux sont les moins prolifiques des cinq grands championnats européens ?
FG: "Quand on ne prend pas de but, c'est toujours positif, je suis désolé.  Si on ne marque pas beaucoup de buts et qu'on en prend plus, c'est encore pire.  Donc on va se contenter de ça. Je pense qu'on nous tire dessus sans comprendre  les choses. Il faut jouer la Coupe d'Europe à fond, on la joue à fond, en  championnat on souffre comme beaucoup d'équipes européennes mais ça on ne le  dit pas, on ne pense qu'à nous mettre la tête sous l'eau. On fait un bon  parcours européen, ça passe inaperçu, on est qualifié en Coupe de France, ça  passe inaperçu. Aujourd'hui on fait un meilleur championnat que l'année  dernière, on a plus de points qu'à la même époque, on fait un super parcours en  Coupe de France mais Bordeaux est l'équipe à abattre, à critiquer. Moi, ça ne  me dérange pas, allez-y, c'est votre problème".

Q: C'est un complot selon vous ?
FG: "Je ne sais pas. Peut-être que des gens parlent beaucoup sans connaître  les choses. Il y a beaucoup de gens qui pensent qu'être derrière un micro peut  leur donner tous les droits. Après il faut aller au fond des choses, et il y en  a souvent qui n'y vont pas. Il faut connaître le sujet quand on parle. Je veux  bien prendre la critique mais il faut des arguments et aujourd'hui, beaucoup de  choses se disent mais il n'y a pas d'arguments derrière. Ce sont des débats de  comptoirs et de bistrots".

AFP