Reims Marseille Gignac
André-Pierre Gignac face à la défense rémoise | AFP - François Nascimbeni

Gignac, symbole d'un OM conquérant

Publié le , modifié le

Auteur de son troisième doublé de la saison à Reims, André-Pierre Gignac a été le grand artisan de la victoire (5-0) de l’OM qui conforte sa place de leader de la Ligue 1 avant le Saint-Etienne-Bordeaux de jeudi. Bien alimenté par Payet, Thauvin ou les latéraux, l’attaquant international s’éclate dans le système mis en place par Marcelo Bielsa. Un retour en équipe de France redevient clairement d’actualité pour le meilleur buteur de la saison 2008-09 (24 buts avec Toulouse).

Depuis quatre ans qu’il est à l’Olympique de Marseille, André-Pierre Gignac n’avait jamais évolué avec une telle confiance. C’est simple, on croirait revoir Dédé le Toulousain d’il y a sept saisons, celui qui réussissait tout ce qu’il voulait.

En réussite et persévérant

Nonobstant le penalty arrêté par Placide, APG a éclaboussé la première période de son talent. Il s’est d’abord racheté en ouvrant le score dans la foulée : parfaitement servi face au but par un centre de Benjamin Mendy, le numéro 9 olympien catapultait sa tête en plein milieu du but, le gardien adverse ne pouvant que dévier le cuir dans ses filets (8e). Douze minutes plus tard, Gignac doublait la mise en vrai renard des surfaces, toujours de la tête, après un tir de Thauvin repoussé par Placide (2-0). Il venait de plier la rencontre et de lancer Marseille vers un cinquième succès consécutif.

Juste avant la mi-temps, l’ancien Toulousain à l’affût dans la surface a même failli dévier dans le but un tir puissant de Mendy qui aurait pu lui valoir un triplé. Moins en vue à l’entame du second acte, l’ancien Lorientais était remplacé par Batshuayi dès la 62e minute, alors que le score avait enflé à 4-0. Comme presque toujours depuis la mi-août, Gignac venait de réaliser une grande performance.

Comme Trezeguet

Avec deux buts à Bastia qui ont permis à l’OM d’accrocher le nul (3-3), un à Guingamp qui a offert la victoire aux Phocéens (1-0), un autre d’entrée à Evian qui a mis l’OM sur orbite (3-1), puis un doublé décisif face à Rennes (3-0) avant les deux réalisations de ce mardi soir, André-Pierre Gignac est devenu le premier joueur de L1 depuis David Trezeguet en 1999-2000 à inscrire 8 buts en seulement 7 journées de championnat. L’AS Monaco avait d’ailleurs été sacrée cette année-là.

Il est parti sur des bases beaucoup plus élevées que lors de ses saisons précédentes : 8 buts en 2010-11, un l’année suivante, 13 buts en 2012-13, et 16 réalisations en 35 matches la saison dernière où il a tenu la baraque quand le navire phocéen tanguait sérieusement (6e au final).

Le tweet d'OptaJean

Les Bleus en ligne de mire

A neuf jours de la divulgation de la liste de Didier Deschamps pour les matches de l’équipe de France contre le Portugal et l’Arménie en octobre, Gignac postule plus que jamais à une place dans le groupe bleu. Auteur de 4 buts en 17 sélections, il n’a disputé que 28 minutes sous le maillot frappé du coq depuis qu’il évolue à l’OM (il avait remplacé Benzema en Géorgie en septembre 2013, 0-0). Le sélectionneur national devrait logiquement lui offrir sa chance d’autant que Giroud est blessé.

André-Pierre Gignac
André-Pierre Gignac

"Il faut continuer sur notre lancée, on a un gros match qui nous attend dimanche soir contre Saint-Etienne. On est tous revanchards par rapport à la saison dernière", a confié l’avant-centre olympien qui vient d’atteindre les 116 buts en Ligue 1, en attendant mieux. A 28 ans, le natif de Martigues semble prêt à tout casser. Et même à prendre le train pour l’Euro 2016 alors que personne n’aurait parier un kopeck sur ses chances il y a quelques semaines…