Gianni Infantino estime que le temps "n'est pas aux accords"

Gianni Infantino estime que le temps "n'est pas aux accords"

Publié le , modifié le

Gianni Infantino, l'un des favoris pour accéder à la présidence de la Fifa, a estimé dimanche que "le temps n'est pas aux accords", avant l'élection prévue vendredi et s'est dit "admiratif de la dignité" que montre Michel Platini, président de l'UEFA suspendu 8 ans.

"Le temps n'est pas aux accords. La question ne se pose pas. Il y a une campagne qui doit être menée pour le football", a déclaré le secrétaire général de l'UEFA, dans un entretien au quotidien suisse Le Matin Dimanche. "Je pense qu'une élection démocratique est fondamentale pour la crédibilité de la FIFA en tant qu'institution. La FIFA doit avoir à sa tête un président légitimé par une élection", a ajouté l'Italo-Suisse pour qui "un congrès électoral pour une présidence, c'est comme une finale de Coupe: il faut la gagner".

M. Infantino, qui avait annoncé sa candidature à la tête du football mondial après la suspension de Michel Platini, affronte quatre autres candidats : le président de la Confédération asiatique, le Cheick Salman Bin Ebrahim Al Khalifa, l'homme d'affaires sud-africain Tokyo Sexwale, le prince jordanien Ali, ancien vice-président de la Fifa, et le Français Jérôme Champagne, ancien secrétaire général adjoint de la Fifa. "Je ne recherche pas le pouvoir, a-t-il encore assuré. Il y a quelques mois, je ne pensais même pas me lancer dans cette aventure. Mais le football traverse une période difficile. Il faut donc que certains prennent leur responsabilité". Le Valaisan qui a travaillé au côté de Michel Platini durant 9 ans s'est également dit "admiratif de la dignité avec laquelle il traverse cette épreuve (...) Cela me rassure de le savoir moralement derrière moi. Nous avons des échanges amicaux. Cependant, lui se concentre sur sa défense et moi, sur ma campagne".

Benoit Jourdain @BenJourd1