Gervais Martel
Le désormais ex-président du RC Lens Gervais Martel | AFP - VALERY HACHE

Gervais Martel dénonce un acharnement

Publié le , modifié le

Gervais Martel, président du RC Lens actuellement relégable de Ligue 1, a nié lundi toute manipulation de documents bancaires et dénoncé un acharnement contre son club, lors d'un entretien sur France Bleu Nord.

Soulignant que chacun de ses déplacements en Azerbaïdjan, d'où il réalisait  l'interview lundi, était fait en compagnie d'autres dirigeants, de "juristes  compétents" ou de diplomates, Gervais Martel a assuré que "tout ce qui a été  donné à la DNCG, ils en sont garants et moi aussi". Le président lensois répondait à une question sur un article publié dans  Aujourd'hui en France/Le Parisien évoquant l'ouverture d'une enquête autour de  documents bancaires fournis par les Sang et Or qui auraient "dupé" la DNCG.

"On va prouver que tout ce qui a été dit sont des propos déplacés,  inadaptés, qui ne correspondent pas à la réalité", a poursuivi M. Martel. "Je me garde le droit, en fonction de mon passage à la DNCG à la fin du  mois de mai, de donner suite à un certain nombre de choses", a-t-il ensuite  menacé, semblant faire références à d'éventuelles poursuites judiciaires. Le président du RC Lens a ajouté qu'il se trouvait en Azerbaïdjan afin de  régler la situation avec l'homme d'affaires Hafiz Mammadov, qui détient plus de  99% du club et a investi plus de 20 millions d'euros depuis juillet 2013, mais  qui est "aux abonnés absents".

"Tout sort maintenant, pourquoi? Parce que depuis le départ, on n'avait pas  envie que Lens participe au championnat de L1", a par ailleurs accusé Gervais  Martel, rappelant que la DNCG avait soutenu devant le CNOSF que Lens ne  finirait pas la saison quand il avait fallu statuer sur sa montée. "Je suis scandalisé, je commence à en avoir marre que le RC Lens s'en  prenne plein la tête", a-t-il asséné. "Lens va perdurer", a-t-il conclu.

AFP