Bruno Genesio OL
Bruno Genesio, entraîneur de l'OL, ne pourra pas tenir sa place sur le banc | AFP - PASCAL POCHARD CASABIANCA

Genesio fait le pari de réussir avec l'OL

Publié le , modifié le

Le nouvel entraîneur de Lyon Bruno Genesio, officiellement intronisé lundi, a tenu sa première conférence de presse, en se disant à la fois honoré par le fait d'avoir été choisi, mais aussi conscient d'être très attendu dans son nouveau rôle dans un club qui reste ambitieux.

"Je suis très honoré fier d’avoir accepté. C’est un challenge que m’a confié la direction du club. J’en profite pour remercier Monsieur Aulas et Monsieur Seydoux qui m’ont accordé leur confiance. Pendant une période courte, on a beaucoup travaillé sur l’organisation et l’orientation pour la suite de la saison (...) Ce qui m’a poussé à accepter le challenge, c’est la confiance des dirigeants et la confiance des gens autour qui sont compétents. Je n’aurais pas accepté si je n’avais pas l’adhésion des joueurs" a déclaré Bruno Genesio.

Attendu au tournant

Évidemment, le temps d'adaptation sera plus facile pour lui, qui est un enfant du sérail. Mais le nouvel homme fort de l'OL sait que la tâche sera malgré tout difficile et ne s'exonère pas de sa part de responsabilité dans les échec de la première partie de saison. "J'assume ces échecs comme tout le monde dans le staff, comme l’équipe, comme tous ceux qui ont participé pendant six mois..." Désormais, le successeur d'Hubert Fournier sera en première ligne et ses résultats seront scrutés minutieusement. Par les observateurs du football bien sûr, mais aussi par ses dirigeants et par les supporteurs qui n'ont pas caché leur déception et leur scepticisme à propos de sa désignation. Ce que Genesio admet.

Prouver aux supporteurs que "le choix est bon"

"Je peux les comprendre parce que j’imagine qu’ils s’attendaient à voir un entraîneur plus expérimenté, peut-être un coach étranger qui aurait déjà fait ses preuves avant. Je comprends qu’une frange de supporters peut-être déçue, a des doutes sur ma faculté à diriger une équipe de Ligue 1. Mais ça me motive encore plus, j’ai envie de réussir avec tous les gens qui m’entourent, le staff et les joueurs. A moi de montrer que le choix est le bon". Le néo-entraîneur de 49 ans reste confiant. Il entend  tout d'abord rebâtir un groupe qui s'est délité, sur les forces qui ont fait le club. "Un certain nombre de valeurs qui ont fait que l’OL a été l’un des plus grands clubs du championnat de France et en Coupe d’Europe, a gagné des titres qui ont été oubliés. On a l'impression que, ces derniers temps, elles ont été galvaudées. Dans un premier temps, on veut réinstaurer l’état d’esprit d’équipe conquérant, enthousiaste. On veut dégager quelque chose de positif ...". Avec le groupe qu'il a sans stigmatiser tel ou tel. "Je n'aime pas qu'on parle de moule lyonnais. Je n'aime pas non plus parler de nouveaux joueurs. Je suis l'entraîneur de nouveaux joueurs. Une des raisons du stage, c'est pour créer une cohésion et une solidarité. Il faut trouver l'osmose qui nous a manqué sur la première partie de saison. Il ne faut pas simplement stigmatiser les recrues."

Bruno Genesio veut remettre l'équipe sur les rails, aussi bien sur le plan sportif que moral, et se projette déjà sur la reprise et même un peu plus loin." Pour l’instant, on est là pour une mission à court terme, une mission commando. On va se donner tous les moyens pour réaliser notre objectif à savoir se qualifier pour une Coupe d’Europe. On fera le bilan mi-mai.»

Christian Grégoire