Garde : "Dangereux de tricher avec le football"

Garde : "Dangereux de tricher avec le football"

Publié le , modifié le

"Il est toujours dangereux de tricher avec le sport et dans le football", a asséné l'entraîneur de Lyon, Rémi Garde devant la presse, refusant de croire à des ambitions divergentes entre joueurs, qui voudraient gagner la Coupe de France, et club, qui vise la Ligue des Champions.

Q: La déception de la défaite à Toulouse est-elle évacuée ?
R: "Il le faut ! Et s'en servir pour gagner ce match contre Lorient qui est très important."

Q: On évoque beaucoup les ambitions qui seraient divergentes entre celles des joueurs et celles du club. Qu'en pensez-vous ?
R: "Mon sentiment est qu'il est toujours dangereux de tricher avec le sport et dans le football. Si c'était le cas, je ne peux pas trop l'imaginer, c'est dangereux. Je l'avais dit aux joueurs, le meilleur moyen de préparer nos échéances futures était de donner le maximum sans calcul. Je l'ai dit après Toulouse, nous avons laissé beaucoup de forces sur les matches d'Ajaccio et la finale de la Coupe de la Ligue. Les joueurs ne sont pas des robots. Je ne peux imaginer le moindre calcul."

Q: Ainsi, la victoire est impérative contre Lorient ?
R: "Elle l'est complètement car je pense que mathématiquement les choses ne sont pas arrêtées, nous pourrions vraiment regretter, à un ou deux points ou la différence de buts près, de ne pas avoir fait ce qu'il fallait contre Lorient. A domicile, nous devrons nous imposer face à une équipe qui vient de battre Montpellier et qui aimerait sortir définitivement de la zone de relégation. Malgré le revers cinglant contre Toulouse, nous avons le devoir de rebondir pour ne rien regretter. Lille a encore des confrontations directes, il peut y avoir des surprises. Nous devons avant tout nous occuper de nous."

Q: En voulez-vous à vos joueurs ?
R: "J'ai de la déception mais en vouloir aux joueurs ne sert à rien. Servons-nous du passé pour rebondir."

Q: Pensez-vous pouvoir rebondir comme vous l'avez fait après Nicosie ou bien la fatigue est plus grande aujourd'hui ?
R: "Il n'y a pas plus de fatigue. Quand on a la volonté de faire bouger les choses dans le football, on peut le faire jusqu'au bout. Les objectifs sont encore atteignables et si ce n'est pas motivant pour donner tout contre Lorient et la semaine suivante, c'est qu'il y a un problème."

Q: Le niveau de jeu vous inquiète. Pensez-vous avoir touché le fond ? Allez-vous repartir sur d'autres bases contre Lorient ?
R: "Toucher le fond est une expression qui a déjà été employée cette saison. Je ne sais pas si c'est le cas. Nous n'avons pas été bons. Nous n'allons pas en faire des tonnes non plus. Il y a encore une possibilité rapide de retourner tout cela. C'est la beauté du football de voir qu'avec l'investissement de tout le monde à 120%, on peut y arriver. Nous y sommes là et il n'y a pas de questions à se poser. Ceux qui s'en posent, je les repère assez vite."

Q: Un 6 victoires sur 6 est-il indispensable pour accrocher le podium ?
R: "Je ne suis pas sûr non plus. Il ne faudra peut-être pas en être loin quand même."

Q: L'état de forme de Yoann Gourcuff lui permet-il aujourd'hui de jouer un match complet, dès dimanche ?
R: "Peut-être. Son entrée en jeu à Toulouse n'était pas spécialement facile par rapport au match mais il a fait une entrée correcte."

Q: La fragilité défensive de l'OL qui prend beaucoup de buts vous interpelle-t-elle ?
R : "Oui de la même manière que j'ai été obligé de changer sans arrêt de défense centrale et il y a certainement une relation de cause à effet entre les deux. C'est déjà un argument important."

AFP