L'entraineur de Lyon Rémi Garde
L'entraineur de Lyon Rémi Garde | PHILIPPE HUGUEN / AFP

Garde: "Conserver le positif du match contre Paris"

Publié le , modifié le

L'entraîneur de Lyon, Rémi Garde, a estimé jeudi en conférence de presse que l'OL devait retenir les choses positives, en termes d'ambition et d'état d'esprit, de son match contre Paris-SG (4-4), samedi, pour aborder la suite du championnat et notamment lors des matches moins médiatisés.

Q: Rémi Garde, l'OL peut-il s'appuyer sur son match contre PSG pour bien réussir à Nancy face à un mal classé dans un contexte sans doute moins médiatisé?
R: "Bien sûr que nous pouvons nous en servir. Ce qui doit nous servir de leçon, c'est l'ambition et l'état d'esprit qui nous ont habités pour aborder ce match. C'est plus facile quand les affiches sont alléchantes, mais lorsqu'elles le sont un peu moins elles rapportent néanmoins trois points. C'est dans ce sens-là que j'attends de mon équipe autant de volonté de gagner face à un adversaire en difficulté et qui ne nous laissera pas prendre ces trois points facilement, au contraire".

Q: La déception née du nul concédé dans les dernières secondes contre le PSG est-elle totalement évacuée?
R: "Il n'y avait pas d'autre possibilité naturelle de la part de mes joueurs que d'être déçus après s'être fait remonter au score à la dernière seconde. Objectivement, quand on analyse le contenu du match, positif et négatif, il y a pas mal de choses, et notamment cet état d'esprit de conquête qui a animé les joueurs. Toute la semaine, j'ai rappelé que le contenu pouvait être vu aussi comme quelque chose de positif".

Q: Tous les attaquants ont marqué samedi après une période plus ou moins difficile. Qu'est-ce que ce match a changé pour eux?
R: "Certains étaient plus frustrés que d'autres de cette absence d'efficacité, même si je pense qu'un attaquant ne doit pas être jugé que sur ses statistiques, car le football est collectif. Quand on est trop attaché aux statistiques individuelles, cela peut dénaturer une victoire. On avance collectivement et je relativise tout cela, mais je sais que les attaquants sont là pour marquer, et plus ils marquent et plus ils sont en confiance. Marquer quatre buts à Paris est quelque chose de positif sur lequel on peut capitaliser pour la fin de saison".

Q: Le manque de constance n'est-il pas le gros point noir de la saison?
R: Si, un peu. Nous manquons de régularité d'une mi-temps à une autre, d'un match à un autre, bien sûr. C'est le constat de ces dernières semaines, mais le fait d'être dans quatre compétitions ne favorise pas une vue bien claire de nos objectifs à chacune des épreuves. Cela va très vite en passant d'une compétition à une autre mais la régularité d'une équipe est très importante, et on doit vraiment s'améliorer à ce niveau-là".

Q: Ne regrettez-vous pas certains points perdus ici ou là, parfois contre des adversaires abordables?

R: "Bien sûr, nous aurions aimé obtenir un résultat nul là où nous avons perdu, en se disant qu'un point aurait été mieux, mais l'effectif est très joueur. Nous sommes partis, cette saison, avec l'esprit de marquer un but de plus que l'adversaire et non pas d'en prendre un de moins. Révolutionner la philosophie de jeu maintenant ne me paraît pas approprié. Il n'empêche que l'on doit être plus rigoureux défensivement si on veut s'en sortir".

Q: Aucune équipe n'a pris l'ascendant pour la lutte au podium après la dernière journée. Qu'en pensez-vous?
R: "Ce sont des calculs dans lesquels j'ai du mal à rentrer, comme de me satisfaire des résultats des concurrents. Les circonstances sont mieux pour nous, certes, mais nous devons avoir une autre ambition et être plus exigeants vis-à-vis de nous mêmes".

AFP