Rudi Garcia, Lille, Losc
Rudi Garcia, l'ex-entraîneur de Lille | PHILILPPE HUGUEN / AFP

Garcia: "Tributaire des résultats de nos concurrents"

Publié le , modifié le

"On est tributaire des résultats des autres", a reconnu Rudi Garcia, l'entraîneur de Lille, défait (2-4) à Toulouse, faisant référence aux concurrents des Nordistes, Lyon et Nice, qui disputent dimanche leurs matches de la 35e journée de Ligue 1.

Le match de Sochaux a-t-il été digéré ?
Rudi Garcia : "On a surtout fait une première période assez faible. On a été battu  dans les duels et dans le pressing. On a eu le bonheur de revenir à 2-1 et de  rester dans le match. On a fait une deuxième période bien meilleure qui aurait  dû nous permettre de ramener un point parce qu'on ne méritait pas mieux. Quand  on a égalisé vite, on aurait dû poser plus le jeu. On a deux balles de 3  partout par Rodelin et Payet et Ahamada fait de gros arrêts. Le quatrième n'est  pas qu'anecdotique parce que ça fait sept buts en deux matches et là c'est un  vrai problème. Sur l'animation défensive, personne n'a été suffisamment bon. Il  va falloir défendre mieux sur les trois matches qui viennent parce que c'est ce  qu'il faudra faire si on veut finir européens".
   
Vos ambitions de podium sont-elles encore possibles ?
RG: "Cela ne dépend plus de nous, on verra ce que font nos concurrents  directs (Lyon et Nice, nldr) dimanche. Même si rien ne sera perdu  mathématiquement, on est tributaire des résultats des autres. Il reste neuf  points, rien ne sera perdu. Il faut qu'on se serre les coudes, rien n'est  terminé. Tout faire contre Reims, vendredi, pour retrouver le chemin de la  victoire. Une défaite ce soir, cela faisait longtemps que cela ne nous était  pas arrivé. Il va falloir rebondir: la qualité d'un groupe, on la mesure à ça".
   
Avez-vous constaté la réaction des joueurs après le nul contre Sochaux ?
RG: "Il a fallu attendre d'être menés 2-0 pour réagir, se révolter et entrer  dans le combat, c'est ce que nous a imposé Toulouse. On a marqué deux fois et  égalisé, ce qui était déjà une performance, mais on n'a pas su être solide pour  envisager une victoire ou au moins un match nul. Quand on joue une période sur  les deux, il est difficile d'envisager un résultat positif".

Jerome Carrere