Garcia et Puel, le nul qui rend heureux

Publié le , modifié le

Le partage des points (1-1) entre Lille et Lyon dans le dernier match de la 25e journée de Ligue 1 a réjoui chacun des deux entraîneurs. "Je suis satisfait de la prestation de mes joueurs", estime Rudi Garcia, dont l'équipe garde les commandes du championnat grâce à une meilleure différence de buts. "Il y a un petit côté frustré mais il y a surtout beaucoup d'encouragements", juge pour sa part Claude Puel. Quatre points séparent désormais le leader du cinquième.

Un nul entre deux prétendants au titre dans un match au sommet, cela laisse souvent des regrets à l'équipe recevante. Entre Lille et Lyon, ce partage des points n'a pas abouti à un constat négatif, d'un côté comme de l'autre. Tout le monde est content, tout le monde reste en course pour le sacre final, mais le sésame est plus que jamais convoité par cinq équipes. "On a retrouvé des statistiques qui ressemblent à ce qu'on a plus l'habitude de faire", constatait Rudi Garcia, le technicien lillois. "On a marqué sur un coup de pied arrêté. On a montré une certaine sérénité. A minima, on voulait laisser Lyon à quatre points et reprendre notre première place. On l'a fait. Ce qu'on doit faire, c'est progresser dans les confrontations directes avec les grandes équipes. Mais on a montré qu'on était capable de faire belles choses." Son prédécesseur au LOSC, désormais à l'OL, retenait que "la fin du match est un peu à notre avantage. On aurait pu gagner. Il y a un petit côté frustré mais il y a surtout beaucoup d'encouragements. On a été très solide et très généreux. On est resté concentré pour reprendre le dessus. On a concédé très peu d'occasions. Et on aurait pu marquer à la fin." Mais Claude Puel ne peut que constater également que son équipe est la moins bien placée des cinq dans cette course à la première place: "Tous les prétendants ont gagné, sauf nous deux. Tous vont se rencontrer et vont laisser des plumes. Nous, on a essayé de gagner ce match jusqu'au bout. Il faut rester dans cette ligne. On ne se laisse pas décrocher alors que c'était un match périlleux. Les nerfs, on les a. On est habitué à ce genre de rencontres. On est habitué au final."

Avec quatre points de retard sur le LOSC, autant sur le co-leader rennais, trois sur Marseille et deux sur le PSG, Lyon doit compter sur les faux-pas de ses rivaux pour revenir au sommet. Rudi Garcia en a conscience: "On sait que la route est longue, qu'il peut se passer passer beaucoup de choses." La meilleure attaque de Ligue 1 demeure toujours sur son trône grâce à cette meilleure différence de buts, mais il sait que sont équipe doit conserver d'abord ses qualités dans le jeu: "Il y a eu de la maîtrise collective. On voulait avoir le ballon et essayer de leur poser des problèmes. On a eu plus de répondant dans l'impact physique en seconde période", juge-t-il. Si la pelouse désastreuse n'a pas avantagé les grandes envolées, le LOSC a perdu du terrain à l'heure où se profile le voyage à Marseille dans un deuxième gros choc contre un membre du club des 5, après son 41e match de la saison, pour le compte des quarts de finale de la Coupe de France contre Lorient mercredi.