Kevin Gameiro
Kevin Gameiro | AFP - BERTRAND LANGLOIS

Gameiro : "On n'était pas à 100%"

Publié le , modifié le

Le "clasico" très attendu entre l'OM et le PSG a accouché d'un match nul (2-2) dimanche soir. Un résultat qui préserve le statu quo en tête du championnat de France. Marseille conserve trois points d'avance devant son dauphin. Tour d'horizon des principales réactions des acteurs de la soirée.

Carlo Ancelotti (entraîneur du PSG): "Après le 2e but, nous aurions pu gagner, on avait pris l'avantage, mais après, nous n'avons pas eu le bon contrôle du match. C'est vrai, on n'a pas fait un grand match, rien d'exceptionnel, la clé c'était après le 2e but, on aurait pu chercher encore à marquer, on n'a pas joué avec beaucoup d'intensité, mais il y avait le match de mercredi (en Ligue des champions à Porto) et il y a eu le voyage, alors...".

Kevin Gameiro (attaquant du PSG): "On n'était pas à 100%, on aurait dû faire beaucoup plus. On n'a pas perdu, c'est le plus important. Il faudra travailler pour gagner ces matches. On joue tous les trois jours, ça fatigue un peu, on aura 10 jours pour récupérer, il faudra en profiter. (les Marseillais) Ils ont bien joué collectivement, et ils ont su marquer quand il le fallait. A 2-1, on aurait dû fermer le match et jouer en contre. Ca nous servira pour la suite."

Blaise Matuidi (milieu du PSG): "On est déçus de ne pas avoir gagné car on avait plutôt la maîtrise du jeu. On a manqué un peu d'intensité. C'est une déception aussi de mener au score et d'être rejoint sur des coups de pied arrêtés. Mais on est satisfait de prendre un point à Marseille et la saison est encore longue. Il ne faut pas qu'on regarde les autres. Je pense que si on fait ce qu'il faut, si on est sérieux, on peut espérer de grandes choses. Ce qui s'est passé avec Amalfitano, c'est un fait de jeu, ça arrive. Ils ont été agressifs, mais ils avaient prévenu. On a essayé de répondre par le jeu mais, malheureusement, on n'a pas eu le résultat que l'on espérait."

Elie Baup (entraîneur de Marseille): (sur Ibrahimovic) "On connaît ses qualités, c'est sur coups de pied arrêtés qu'on encaisse deux buts, c'est toujours une situation périlleuse pour deux équipes, quand il y a des joueurs de cette taille. On a essayé de jouer notre carte à fond, de poser notre jeu. Il n'y a pas eu de calcul sur le résultat, encore fallait-il savoir défendre en avançant."

André-Pierre Gignac (attaquant de Marseille): "On ne va pas parler de cas personnel un soir où toute l'équipe a fait un bon match. Mais, bien sûr, je suis heureux d'avoir marqué. On a une grosse débauche d'énergie pendant 15 minutes, puis on prend les deux buts à un moment où on a un coup de moins bien. On leur est rentré dedans mais on a mal géré l'ouverture du score. Dans l'ensemble, c'est encore un match solide. On est toujours premiers et le PSG est derrière. On fait notre bonhomme de chemin. Contre le PSG, en étant Marseillais, c'est différent. On n'a pas besoin de motivation, on sait ce qu'il faut faire. Ils sont costauds, quand même, avec une bonne maîtrise de la balle. Mais on est un peu déçus aussi, on aurait pu faire mieux. Zlatan (Ibrahimovic), on ne le paie pas ce prix-là si c'est un joueur en bois. Il a réussi deux beaux gestes."

Benoît Cheyrou (milieu de Marseille): "On a fait un match courageux, on a tout donné ce soir. C'est sur deux coups de pieds arrêtés que Zlatan a marqué. Mais ils se sont fait +andré-pierrisé+ aussi (sourire). L'important ce soir était de ne pas perdre ce match. C'était une deuxième mi-temps assez fermée, aucune des deux équipes n'a su faire la différence, et je pense qu'il y avait un peu de fatigue des deux côtés. Il y a beaucoup de gens qui nous voyaient perdre 4, 5, 6-0, on a montré qu'on pouvait rivaliser."

AFP