Franck Passi
Franck Passi va diriger son premier match sur le banc de l'OM dimanche | BERTRAND LANGLOIS / AFP

Franck Passi: "Je suis prêt"

Publié le , modifié le

"Je suis prêt", a assuré vendredi l'ex-adjoint Franck Passi avant de diriger son premier match de l'Olympique de Marseille, dimanche à Reims pour la 2e journée de Ligue 1, après la démission fracassante de Marcelo Bielsa.

Comment avez-vous réagi à l'annonce de la démission de Marcelo Bielsa samedi soir?  
Franck Passi : "Ma première réaction était de la déception, parce que je ne m'y attendais pas du tout. Mais on a essayé d'évacuer un peu tout ça dimanche, on s'est tourné vers d'autres objectifs. Le président (Vincent Labrune) m'a tout de suite demandé d'assurer l'intérim, je continue ma mission dans le club, c'est très bien. J'espère être à la hauteur."

Avez-vous la pression?
FP  : "Je ne me mets jamais la pression. En étant joueur, je suis passé par  des périodes où j'ai eu la pression plus que ça."

Qu'est-ce qui va changer pour vous?
FP : "Ma relation avec les joueurs, puisque je vais faire des compos d'équipes, mais les joueurs me connaissent, je suis quelqu'un de droit, direct, je crois qu'ils ont confiance en moi. Je sens une adhésion. Ma vie, elle, ne va pas changer du tout."

Comment s'est déroulée la semaine de travail?
FP: "On n'a pas fait les mêmes séances qu'avec Marcelo, c'était un peu plus global, un peu plus dans l'intensité. Après le choc reçu samedi, on a voulu rester ensemble pour préparer ce combat ce week-end."

Allez-vous suivre les traces de Bielsa?
FP: "Comme l'a dit notre président, Marcelo a laissé un héritage, très tourné vers l'offensive et le spectacle, une chose qu'on veut conserver. Maintenant je connais la L1, un championnat très fermé, notre objectif va être de conserver cet allant mais d'être un peu plus équilibrés, parce que l'an dernier on a eu parfois des problèmes."

Allez-vous garder le pressing et le marquage individuel de Bielsa?
FP : "On va essayer de faire perdurer le marquage, pas à outrance, mais garder cette volonté de presser, d'être dans le camp adverse. On veut aller de l'avant, mais il est évident qu'il faudra apporter des aménagements."

Est-ce difficile de succéder à une légende?
FP : "Passer derrière un grand entraîneur ne sera pas simple, mais je prends ça avec beaucoup de sérénité. Bielsa est un monstre d'organisation, de programmation, de rigueur, à ce niveau on a tous appris. Je suis prêt."

Seriez-vous prêt à conduire l'équipe toute la saison le cas échéant?
FP¨: "On n'en est pas encore là. Quand on fait ce métier, c'est pour être un jour en première ligne. J'ai un passé de 18 ans de joueur de foot, plus une dizaine d'années d'entraîneur, j'ai cette ambition. Je ne m'étais pas donné de date limite ni d'objectif, mais si la possibilité m'est donnée, je tenterai ma chance comme les autres."

Des supporters vous appellent déjà "El Local", cela vous plaît?
FP : "(sourire) C'est déjà pas mal, mieux peut-être qu'El Loco."