Fournier: "On est en crise de confiance"

Fournier: "On est en crise de confiance"

Publié le , modifié le

"On est en crise de confiance dans beaucoup de domaines", a estimé l'entraîneur de Lyon Hubert Fournier, qui s'est dit "inquiet" après la troisième défaite de suite de son équipe en L1, dimanche à Metz (2-1).

Comment expliquez-vous cette fin de match catastrophique ?
Hubert Fournier: "On a fait preuve d'une grosse fragilité. On domine le match pendant  1h10 et puis le moindre petit rouage vient gripper la mécanique. On n'a pas eu  la capacité de répondre aux longs ballons de l'équipe messine qui nous a pressé  en deuxième mi-temps. Le match de jeudi (en Europa League, ndlr) a dû peser  pour certains, notamment en fin de match. On a eu des opportunités pour marquer  le deuxième but, on ne les a pas mises et on s'est fait surprendre par ce  scénario cruel en fin de match. C'est un match qu'on ne doit jamais perdre,  donc forcément qu'on est inquiet. Ce sont des moments difficiles qu'on est en  train de vivre."

Est-ce que Lyon est en crise ?
H.F: "On est en crise de confiance dans beaucoup de domaines, c'est l'une des raisons de cette fragilité qui nous gagne au fil des minutes. On a reculé et on  s'est fragilisé nous-mêmes. A l'arrivée ça nous coûte cher ce soir. On est  extrêmement déçu car on tenait le bon bout et ce match nous a échappé. Les  joueurs sont très déçus et fatigués. Ils savent qu'il y avait la place pour  gagner mais on a laissé échapper le point du match nul et même la victoire à  laquelle on pouvait prétendre. Mais il ne faut pas occulter ce qu'on a montré  durant les trois-quarts du match. On n'est qu'à la 4e journée, on ne va pas  lâcher maintenant."

Qu'allez-vous faire pendant la trêve internationale ?
H.F: "La trêve va permettre de laver les têtes et de repartir sur un cycle  qui, on le souhaite, sera moins difficile. On va aussi récupérer quelques  cadres et cela ne sera pas du luxe pour repartir sur ce deuxième cycle en  septembre. Je ne sais pas si on aura une recrue d'ici lundi soir, mais de toute  façon ce n'est pas un Brésilien qui va régler tous les problèmes ! Si le  mercato consiste à récupérer les blessés, ça sera déjà bien."

AFP