Marquinhos, PSG, défense
Marquinhos | FRANCK FIFE / AFP

Football : Marquinhos, une question centrale

Publié le , modifié le

Frais champion olympique avec le Brésil, Marquinhos a déjà retrouvé ses collègues du PSG. Au club depuis 2013, il est en concurrence avec David Luiz et Presnel Kimpembé pour être l'associé de Thiago Silva en défense centrale. Lui ne veut plus attendre, Unai Emery le sait et l'entraîneur parisien fera des mécontents, qu'il faudra gérer sur et en dehors du terrain.

Il n'a plus envie d'attendre, encore moins depuis que l'or olympique s'est jeté à son cou. Marquinhos est un homme pressé, ça fait trois saisons que le stoppeur brésilien de 22 ans se désespère d'être titulaire au PSG de la chaire ''Défense centrale, option béton'' aux côtés de l'indéboulonnable et capitaine Thiago Silva. Jusque-là, Marcos Aoás Corrêa est toujours passé derrière un compatriote : Alex puis David Luiz alignés systématiquement par Laurent Blanc dans les matches qui comptaient le plus. Et Marquinhos, toujours irréprochable, a souvent dépanné à des postes qui lui déplaisent : latéral droit et milieu récupérateur.

Comme chaque intersaison, Marquinhos - acheté 32 millions d'euros à la Roma en 2013 - a été dragouillé par la haute, Barcelone et Chelsea ont essayé de lui faire résilier son forfait parisien. Comme toujours, Nasser Al-Khelaifi a dit niet, le président du Paris Saint-Germain ne sait que trop bien que son n°5 est un crack, un inédit mélange de vitesse, d'anticipation, de puissance, de maturité tactique et de savoir-vivre corporate. Car Marquinhos ne créé jamais la polémique, sourit et encaisse les déceptions en silence. Il n'est pas un ambianceur de vestiaire comme David Luiz, mais il est assurément meilleur défenseur que l'ex de Chelsea, 29 ans. Sans oublier Presnel Kimpembe, performant et titulaire du poste depuis le Trophée des Champions gagné.

"Humiliation"
Des déceptions, Marquinhos en a connues cette année. La plus grosse ? Le quart de finale aller face à Manchester City où le Brésilien avait été moins que le réserviste à la place du réserviste. Laurent Blanc lui avait préféré Serge Aurier - fautif sur le second but des Citizens - de retour deux mois après un passage-sanction par la réserve professionnelle pour sa vidéo à injures sur l'appli Périscope. Et c'est le Batave Grégory Van der Wiel qui avait remplacé l'Ivoirien en cours de rencontre. Un ''proche'' de Marquinhos avait parlé d"une "humiliation". L'agent du joueur avait haussé le ton : « Si Marquinhos était déçu ? C’est surtout le PSG qui doit être déçu par un tel résultat. Mais je ne préfère pas parler maintenant, je suis encore trop énervé pour ça. On verra après la Ligue des champions. On va laisser passer l’échéance pour parler de son futur ».

JO ou départ
Avant d'être le stoppeur de la première sélection brésilienne gagnante d'un tournoi olympique, Marquinhos avait dû batailler ferme avec le PSG pour jouer cet été la compétition, en plus de la Copa America. Son employeur ne voulait clairement pas qu'il joue les JO de Rio. Le frère du joueur avait menacé le club dans les colonnes de GloboEsporte : « Le PSG ne veut rien savoir, mais on a été clairs. Marquinhos va jouer les JO. Jusqu’à présent, on a été malléables. Mais ça ne peut plus durer comme ça sinon on va entrer en collision. Notre patience a des limites. On aime le club, les supporters, mais ils doivent aussi nous montrer un minimum de considération, sinon il va devoir quitter le PSG. Le deal serait donc le suivant : si Marquinhos ne participe pas à la compétition, il ira voir ailleurs. »

Marquinhos a joué et gagné ces 31e Jeux Olympiques, il est toujours un joueur du PSG. Qu'il a rejoint dès ce lundi, deux jours après son premier titre avec la Seleçao, gagné aux penaltys face à l'Allemagne. Avec une nouvelle coupe de cheveux et une ambition XXL. A l'instar de ceux qui ont pris du retard, Marquinhos veut bouffer sa carrière façon Maxi Best Of. "Je vais rentrer encore plus motivé. J'espère qu'à Paris tout le monde a vu le travail que j'ai fait ici (à Rio, pendant les JO, ndlr), a-t-il confié à L'Equipe. Je vais revenir et faire mon maximum pour avoir le plus de temps de jeu possible."
Sous contrat jusqu'en 2019, le Brésilien veut être le second défenseur central du onze titulaire d'Unai Emery. L'entraîneur espagnol du PSG aura un problème de riches à trancher mais dans « problème de riches », il y a « problème ». Sûr qu'au terme de la saison, David Luiz ou Marquinhos plieront bagages pour aller chercher ailleurs un poste à temps plein de défenseur central.

Ioris Queyroi