La joie de Nice après sa victoire à Nantes (1-2)

Football - Ligue 1 : Nice enfonce Nantes dans la sinistrose (1-2)

Publié le , modifié le

L'OGC Nice a fait une bonne opération en s'imposant à Nantes (1-2) mardi en ouverture de la 7e journée de Ligue 1. Les joueurs de Patrick Vieira ont su profiter de l'apathie de la défense nantaise, toujours en difficulté. Pas de quoi rassurer le club de Loire-Atlantique, qui avait pourtant égalisé en deuxième période, alors que l'entraîneur Miguel Cardoso est sur la sellette.

Nantes ne s'est pas donné d'air, bien au contraire. Les Canaris, en grande difficulté depuis le début de saison, se sont inclinés à domicile mardi contre Nice (1-2), plombés par l'apathie de sa défense. Avec cette quatrième défaite de la saison en six journées, les joueurs de Miguel Cardoso restent 18e avant le match d'Amiens mercredi. Le FCN pourrait ainsi être relégable à la fin de cette journée. Nice, en revanche fait une très belle opération et signe une troisième victoire en quatre journées.

A la maison, les Nantais jouaient gros, face à la pression de leur président Waldemar Kita qui a agité la faucheuse au-dessus de la tête de son entraîneur portugais samedi dernier. Mais d'entrée de jeu, les pensionnaires de la Beaujoire ont étalé tous leurs maux, entre une attaque peu inspirée et une arrière-garde dépassée. Face aux accélérations incessantes d'Allan Saint-Maximin, les locaux ont souffert pendant 90 minutes. Et si la première demi-heure leur a permis de mettre le pied sur le ballon pour ne rien en faire, Nice s'est contenté d'un contre pour se lancer. Servi par une ouverture de Pierre Lees-Melou, Saint-Maximin s'est joué du pataud Miazga pour offrir à Christophe Jallet l'ouverture du score (31').

Le Gym a pourtant laissé Nantes y croire

Des vagues, des déferlantes même, Nice en a fait subir à son adversaire en une stratégie on ne peut plus simple : balancer au plus vite vers l'avant et compter sur Saint-Maximin pour créer. Sans Mario Balotelli en pointe, le coup a dans l'ensemble fonctionné, même si les Azuréens n'ont pas su tuer la rencontre, la faute à du déchet dans l'avant-dernier geste ou à Tatarusanu héroïque à la 55e pour sauver les siens. Et à trop jouer avec sa proie, elle a fini par se rebiffer. 

Emiliano Sala a profité d'une inattention de Dante pour conclure seul un 2 contre 1 (57'). L'Argentin, rare étincelle de la saiuson nantaise avec son 4e but, aurait même pu créer le hold-up peu après l'heure de jeu, seul aux six mètres. Mais trop friable derrière, le FCN a fini par céder à nouveau, avec la conclusion de Jean-Victor Makengo à la réception d'un nouveau ballon venu des ailes. 

La broncha de la Beaujoire en dit long sur l'état d'esprit qui règne dans le club de Loire-Atlantique. Cardoso avait pourtant écouté les invectives de son dirigeant en titularisant Boschilia ou Limbombé. Mais les tentatives en dribble du second sont restées vaines. Voilà Nantes avec 5 points en sept journées, loin, très loin de ses ambitions. Et Cardoso pourrait bien jouer sa tête le week-end prochain contre Lyon...

Les Aiglons semblent, eux, avoir pris leur envol. Même sans être transcendant dans le jeu et à la recherche d'un plan de jeu fixe, l'OGC Nice sera dans la première partie de tableau mardi soir.