Florentin Pogba
En Europa League avec les Verts, contre le FC Dnipro. | Genya Savilov - AFP

Florentin Pogba, à la folie, passionnément...

Publié le , modifié le

Ce samedi après-midi (17h), l'AS Saint-Etienne, pour le compte de la 12e journée de Ligue 1, reçoit le Stade de Reims. Après leur sévère déconvenue contre le PSG au Parc des Princes (1-4), les Verts veulent repartir de l'avant. Un joueur sera particulièrement motivé pour secouer le groupe dirigé par Christophe Galtier. Il s'agit de Florentin Pogba. Le défenseur guinéen de l'ASSE, grand frère de l'international français Paul Pogba, n'est pas seulement là pour mettre l'ambiance dans le vestiaire. C'est aussi un sacré compétiteur.

Plus d'une fois, il a failli partir. Mais lui est toujours là. Pas toujours convaincus par ses prestations il y a deux saisons, les dirigeants foréziens l'auraient bien cédé au plus offrant. Et puis, Florentin Pogba a fait son trou. Même Christophe Galtier était, au départ, dubitatif à son sujet. Pourtant, au fil des mois, l'enfant de Conakry, arrivé tout petit en région parisienne, a fini par séduire le staff stéphanois. Bon dans l'anticipation, rugueux dans ses interventions défensives, en progrès dans l'utilisation du ballon, notamment de son pied gauche expert, "Flo" a su aussi évacuer les scories qui nuisaient à sa progression. Finies les prises de risque inutiles et les relances pour les pigeons posés sur le toit du Chaudron. Aujourd'hui apaisé, le numéro 19 de l'ASSE a toujours gardé la foi : "Je n'éprouve aucun sentiment de revanche. Je voulais juste montrer que je n'étais pas venu ici pour rien et que Saint-Etienne pouvait compter sur moi."

Un autre "El Loco"...

Après une première saison décevante en 2013-2014, l'aîné des Pogba (25 ans), arrivé tout droit de Sedan, trouve enfin la bonne carburation l'été suivant. La blessure du capitaine Loïc Perrin l'aide dans son retour au premier plan. Ou quand le malheur des uns... Celui que ses proches surnomment "El Loco" (rien à voir avec Bielsa !) s'impose notamment dans la défense centrale des Verts, aux côtés de son pote lui aussi issu d'Afrique, Mustapha Bayal Sall. Sa prestation contre les Turcs de Karabükspor, en barrages de l'Europa League, finissent pas chasser les doutes sur ses aptitudes à tenir le haut du pavé. "Je me disais que, même si je ne jouais pas, je devais travailler pour moi, se remémore-t-il. Si ça ne payait pas ici, ça paierait ailleurs..." Sa ligne de conduite exemplaire lui permet alors de redorer son blason. "Je ne suis pas quelqu'un de patient dans la vie de tous les jours. Mais, pour mon métier, j'ai su l'être !"

Ambianceur attitré dans le vestiaire

Pas facile non plus de vivre dans l'ombre d'un frangin à l'aura grandissante. Même si lui n'éprouve aucune jalousie. Bien au contraire. "Chez les Pogba, on s'accroche avec obstination. On donnera une bonne image de nous où que l'on aille, tout en essayant d'être les meilleurs. C'est ce que notre père nous a inculqué. La gagne, la grinta, c'est papa ! Je suis tout seul de mon côté, mais j'ai mes frères (son jumeau Mathias joue à Partick Thistle, en Ecosse) tous les jours au téléphone. Je les regarde dès que je peux et je sais qu'ils font pareil avec moi." Malgré une blessure à une cuisse gauche lors de la CAN, subie début 2015, Florentin Pogba réalise, à son retour sur les terrains, une fin de saison supersonique sous le maillot vert. Son président, Bernard Caïazzo, l'adoube par le biais d'une pirouette, avec un léger rictus qui en dit long sur son joueur : "Il n'a pas froid aux yeux." En tout cas, ses coéquipiers le sollicitent pour animer le vestiaire. "Je suis le numéro un pour y mettre le feu. On chante, on danse, il faut toujours qu'il y ait de la musique."

Impressionné par son club actuel, et même si son ambition est d'aller le plus haut possible, Florentin Pogba s'extasie au quotidien devant la ferveur engendrée ici autour de l'équipe : "Saint-Etienne, c'est le club mythique d'une ville qui vit et meurt pour le football. Ici, tout le monde a le coeur vert et il y a une énorme attente qui me plaît. Goûter aux ambiances européennes à Geoffroy-Guichard, c'est quand même génial !" Prochaine étape jeudi prochain, avec la réception du FC Dnipro. Et le défenseur guinéen de s'emballer : "Si les Ukrainiens, que nous avons battus à l'aller chez eux, ont été en finale de cette Europa League, alors pourquoi pas nous ?" Oui, là, décidément, Florentin Pogba peut être considéré comme véritablement fou !

Nicolas Gettliffe