Gourcuff et Féry (FC Lorient)
Christian Gourcuff et Loïc Féry, les deux hommes forts du FC Lorient | DAMIEN MEYER / AFP

Féry répond à Gourcuff

Publié le , modifié le

Deux jours après la clôture du mercato et le clash avec son entraîneur Christian Gourcuff, le président du FC Lorient Loïc Féry a réagi. Mardi, le technicien breton était sorti de ses gonds après la vente tardive de Mario Lemina, grand espoir de 19 ans.

"La quasi totalité des présidents de L1 auraient aussi accepté une offre  valorisant un joueur de 19 ans ayant joué une dizaine de matches de L1 à 5  millions d'euros, avec une participation à une éventuelle revente et l'arrivée  de deux joueurs également prometteurs", a déclaré M. Féry dans une interview  publiée sur le site internet du club mercredi. "Le FC Lorient doit énormément à Christian Gourcuff. En tant qu'entraîneur passionné et en tant qu'homme sincère, je peux complètement comprendre sa déception suite à la perte d'un jeune joueur au grand potentiel, avec lequel il avait encore peu eu l'occasion de travailler.  Je respecte totalement sa déception, légitime", a-t-il souligné.

Sur la place publique

Pour quoi cette sortie médiatique alors ? Le président des Merlus regrette la charge de Gourcuff auprès des médias plutôt que dans l'intimité de son bureau ou du vestiaire. "Il me semble qu'il est aussi de la responsabilité de tous les employés du club de protéger en toute circonstance l'institution FC Lorient. J'aurais souhaité que Christian Gourcuff ne réagisse pas  publiquement comme il l'a fait, car il a mis sur la place publique des  considérations internes à l'entreprise", a ajouté l'homme d'affaires de 39 ans, devenu actionnaire majoritaire du club breton à l'été 2009.

Pas d'autre solution

Selon lui, il y a eu un échange avec Gourcuff au sujet du transfert de Lemina. "Nous avons évidemment échangé dès que j'ai eu connaissance de cette possibilité de transfert. Oui, Christian ne souhaitait pas le départ de Mario Lemina, et il me l'a dit quand je l'ai consulté. Moi non plus je ne le souhaitais pas, mais il n'y avait pas d'autre solution. J'ai jugé qu'accepter le transfert était la bonne décision pour le futur du FC Lorient, dans la mesure où cette offre répondait à un besoin d'équilibre financier et que l'OM nous associait a l'éventuelle revente de Mario Lemina dans le cadre du transfert et, enfin, que l'OM nous proposait dans la transaction deux joueurs qui ont le potentiel pour évoluer un jour au niveau de Mario puisqu'ils sont aussi internationaux français en U19." Pas sûr que Gourcuff en soit aussi convaincu.