Fernando (Bordeaux)
Fernando (Bordeaux) | AFP - PHILIPPE MERLE

Fernando: "On va prendre des Lyonnais rageurs"

Publié le , modifié le

"On va prendre des Lyonnais rageurs", a déclaré vendredi le milieu international brésilien de Bordeaux Fernando, avant le choc de la 22e journée de L1, dimanche à Gerland, qui rêve de certitudes et d'enchaîner après la victoire sur Nice (2-0).

Avez-vous davantage de certitudes après votre succès sur Nice ?
"Je ne crois pas. Les certitudes, il faut les chercher à chaque match, être toujours présent car on sait que dans ce championnat long, c'est la régularité qui paye. Ca ne sert à rien de faire un match et de ne pas enchaîner avec des bons résultats".

Vous vous êtes parlés, il y a désormais plus de confiance avant Lyon ?

"L'élimination en Coupe de France (contre Angers, 0-1) a été mal vécue. Après, avec la vidéo imposée par le président, on a vu des choses que l'on pouvait améliorer, dans l'organisation, dans la communication surtout. Cela nous a permis de dire certaines choses. Lyon, lors de la dernière journée, a perdu, donc en connaissant un peu de l'extérieur le président et l'entraîneur, je crois que le ton va un peu monter dans la semaine. On va prendre des Lyonnais rageurs, on ne s'attend pas un match facile. Pour pouvoir les battre, il faudra être aussi performant que contre Nice".

Le retour de Matthieu Chalmé, votre repositionnement au milieu ont été bénéfiques contre Nice ?
"J'ai revu le match. Dans tous les domaines, toutes les individualités, on a fait un bon match. La victoire est méritée. Bien sûr, le retour de Mat (Chalmé), ma montée au milieu a soulagé un peu Alou (Diarra), on a pu être un bloc très haut, on a pu récupérer beaucoup de ballons dans leur camp et on a beaucoup moins de mètres à faire pour aller dans leur surface".

Toujours la même rivalité entre Lyon et vous ?
"Pour moi, oui. Quand je suis arrivé en France, il y avait un pouvoir lyonnais, personne ne les battait. Cela a toujours été très intéressant de jouer contre eux. Après ça reste un match à trois points".

Lyon aussi a eu un parcours irrégulier, avec une mini-crise, comme vous. Est-ce comparable ?
"Dans la gestion du club, c'est différent car ils n'ont pas eu autant de changements que nous. Ils ont toujours eu ce pouvoir de venir ici chercher un joueur de 22 millions d'euros et malheureusement nous n'avons pas ces moyens-là. On dit que Lyon n'est pas bien, l'entraîneur va être viré, pas viré, mais ils sont toujours là, près du podium. C'est une équipe assez costaude mentalement. Sur le terrain, il y a beaucoup de talent, d'individualités mais peut-être que dans le collectif ils ne se sont pas encore retrouvés".

Yoann Gourcuff a confié son mal-être avant vos retrouvailles...
"Il n'est pas content de sa forme actuelle, il est dans un système de jeu qui change un peu par rapport à celui de Bordeaux. Peut-être qu'il a un entraîneur qui n'est pas assez proche de lui comme il l'avait ici. Yoann est un garçon qui a besoin d'avoir quelqu'un proche, qui lui parle, lui donne beaucoup de confiance. Connaissant sa façon de travailler et son talent, il va s'en sortir, j'espère pas dès dimanche mais après".

AFP