bielsa
Marcelo Bielsa. | CRISTINA QUICLER / AFP

FCN-OM: Bielsa plane au dessus d'eux

Publié le , modifié le

L'OM, qui affronte ce vendredi le FC Nantes en ouverture de la 34e journée de Ligue 1, n'a d'yeux que pour lui. L'arrivée de Marcelo Bielsa n'a pas encore été officialisée, mais son nom est déjà sur toutes les lèvres. A un point tel que, en cette fin de saison, le sportif semble être définitivement passé au second plan.

On imagine aisément les fans de l'Olympique de Marseille - en tout cas les plus inconditionnels - actualiser sans cesse la page d'accueil du site de l'OM, dans la pénible attente d'une officialisation de l'arrivée de Marcelo Bielsa. Et dieu sait qu'on les comprend : Marcelo Bielsa, ce n'est pas n'importe qui. L'entraîneur argentin, qui a déjà trouvé un accord de principe avec le club phocéen, est pour beaucoup, de la trempe des plus grands. Maître à penser de Guardiola et de Diego Simeone, plébiscité par tous les joueurs qui ont évolué sous sa coupe, l'ancien sélectionneur de l'Argentine étrenne une réputation à la fois mirifique et effrayante, tant Bielsa peut être dur et pointilleux. 

C'est d'ailleurs cette même exigence, cette attention hyperbolique à chaque menu détail, qui explique le retard de l'officialisation de son arrivée à la tête de l'équipe première de l'OM. 'El Loco' étudie avec une extrême minutie les profils des membres de son futur staff. 

Opération "enfumage" réussie 

Si l'arrivée - plus que probable - de Bielsa est confirmée, Vincent Labrune aura signé un coup de maître. Il doterait le club phocéen d'un des entraîneurs les plus respectés, mais surtout, contribuerait à l'annihilement de la grogne de nombre de supporters. D'ailleurs, il a déjà en partie réussi. Les journaux ne parlent plus que de Bielsa, et la situation sportive du club phocéen fait de moins en moins les choux gras de la presse sportive. Mais si par malheur 'El Loco' ne rallie pas la capitale des Bouches-du-Rhône, la vague de contestation pourrait prendre encore de l'ampleur, et ça, Vincent Labrune le sait bien. Au début du mois, des tags injurieux dirigés contre l'entraîneur José Anigo et le boss de l'OM avaient été découverts sur les murs du centre d'entraînement de l'OM. On n'ose imaginer quelle pourrait être la prochaine étape. 

Marquer des points 

Au delà de l'excitation latente constatée chez les supporters quant à la probable arrivée de Bielsa, les joueurs, eux aussi, participent à cette gigantesque émulation. Certains, comme Florian Thauvin, se montrent particulièrement enthousiastes lorsque le nom de l'Argentin est évoqué: "Si Marcelo Bielsa arrive, ce sera quelque chose de bien", a déclaré récemment l'ailier marseillais. "Si c'est un entraîneur exigeant, il apportera beaucoup de choses à tous les joueurs". Un point de vue partagé par bien d'autres membres de l'équipe (Dja Djédjé et Payet, par exemple). 

Alors, puisqu'un nouvel entraîneur - et de renom de surcroît - débarque, il s'agit de marquer des points. Contre Ajaccio et Montpellier, alors que Bielsa était présent dans les tribunes, certains s'étaient montrés plus à leur avantage qu'à l'accoutumée. Plus battants, plus joueurs, Ayew et consorts voulaient se montrer sous leur meilleur jour, pour séduire leur probable futur coach. A Nantes, où Marseille se rend ce vendredi soir, les Phocéens seront peut-être plus attachés à leur prestation personnelle qu'au résultat final. 

Jean Charbon