Favre : "Les stats, c'est parfois n'importe quoi"

Favre : "Les stats, c'est parfois n'importe quoi"

Publié le , modifié le

Malgré les statistiques flatteuses de ce début de championnat, Lucien Favre, l'entraîneur suisse de Nice, leader de L1, a estimé mercredi avant la rencontre face à Lyon, prévue vendredi pour la 9e journée de Ligue 1, que rien n'est acquis et que ces troupes doivent être "encore meilleures".

Q: Avec 20 points après huit journées, aucune équipe n'a terminé en-dessous de la deuxième place. Recevoir Lyon en position de leader, avec la possibilité de le mettre à dix points, est-ce un tournant ?
R: "On ne pense pas à ça mais juste à la rencontre, à rester concentré sur le jeu et rien d'autre. En face, il y aura du très bon. Lyon est l'une des équipes phare de L1 depuis des années, avec plusieurs internationaux A et en moins de 21 ans. Il n'y aura que 3 points en jeu. Nous avançons match après match. C'est la meilleure solution. (...) Vous me parlez de la statistique indiquant que les équipes ayant pris 20 points après les 8 premières journées de championnat, finissent au pire 2e. Les +stats+, c'est bien mais c'est parfois n'importe quoi car elles n'analysent pas tout. Depuis le début de saison, ça a parfois bien tourné pour nous. Le derby face à Monaco a été très dur mais on l'a emporté 4-0."

Q: Quelle est la méthode Lucien Favre ?
R: "On fait beaucoup avec le ballon. Quand vous arrivez, vous vous adaptez, ensuite vous avancez afin que les joueurs maîtrisent des situations et des phases de jeu. Nous travaillons plusieurs systèmes de jeu. Rien n'est vraiment établi et le ne sera avant Noël. Nous devons encore être meilleurs dans beaucoup de domaines. Des joueurs à intégrer, des systèmes à assimiler. Cela fait travailler les méninges et demande aux joueurs d'être très polyvalents."

Q: Cette trêve internationale vous a-t-elle permis de travailler comme vous le souhaitiez ?
R: "Cela a été agréable avec deux jours et demi de coupure. Enfin, pas pour nos internationaux. Ils sont tous rentrés mardi (Seri) et mercredi (Sarr, Belhanda, Koziello, Donis) et sont opérationnels. Pendant la trêve, nous avons intégré des jeunes du centre et fait des oppositions. Nous avons aussi travaillé certains points de technique, avec Mario Balotelli comme avec d'autres joueurs."

AFP