Rod Fanni (Marseille)
Rod Fanni (Marseille) dans le costume du sauveur | ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Fanni sauve l'OM

Publié le , modifié le

Marcel Pagnol aurait adoré ça. Tenu en échec 0-0 par Valenciennes au Vélodrome, l'OM s'est imposé dans le temps additionnel sur un but de Rod Fanni. Le succès est logique pour des Olympiens dominateurs mais en manque totale d'inspiration pendant plus d'une heure. Marseille a fini par se révolter mais ça ne marchera pas à chaque fois...

Stop ou encore ? Marseille peut-il continuer d'aspirer à la Ligue des champions avec un tel parcours, notamment à domicile ? Avec la poussée verte et le retour de Lille, l'OM ne pouvait plus continuer à stagner. Les filets ont longtemps cru qu'ils ne bougeraient jamais. Désespérément muets, l'OM manquait de tout pour bousculer Valenciennes. Surtout de rythme face à un bloc parfaitement en place. Inspiré par le dernier succès nancéen au Vélodrome (0-1), VA attendait son heure. Steve Mandanda était vigilant et sauvait les Provençaux en deuxième période sur un coup franc (69e).

Restait à l'OM d'ouvrir le score, ce que Gignac avait manqué sur une remise d'André Ayew (33e). Il manquait une grosse révolte pour secouer un peu le cocotier. Avant les dix dernières minutes, le bambou nordiste n'avait pas du tout plié. Sur un coup franc de Valbuena, Rod Fanni était tout près de créer la surprise mais ratait le but au 2e poteau (87e). L'OM n'allait pas y arriver. On jouait la dernière minute quand Morel osait un ultime débordement. Fanni, resté en attaque, traînait par là et tendait la jambe pour tromper un Penneteau médusé. Marseille s'en sortait très bien et sortait de sa mauvaise passe de début 2013 (5 pts sur 15 avant ce match). L'OM revient provisoirement au 2e rang avant le déplacement de Lyon à Bordeaux dimanche en cloture de la 25e journée.

Réactions

Rod Fanni (défenseur de Marseille ):  "Nous méritons la victoire, car nous avons eu plus d'occasions que  Valenciennes. Le résultat n'est pas volé. En première mi-temps, nous avons  beaucoup donné. J'ai dit dans le vestiaire qu'il fallait un peu calmer le  rythme car nous risquions l'explosion. Il ne fallait pas laisser passer cette  chance de se ressaisir. Il y a eu un petit passage à vide, nous aurions pu nous  résigner. Mais nous avons su nous faire violence et aller chercher le résultat."

Daniel Sanchez (entraîneur de Valenciennes): "Nous avons beaucoup subi,  trop perdu de ballons et offert des opportunités à Marseille . Nous avons été un  peu mieux après le repos. Nous n'avons pas assez joué vers l'avant et avons  rendu trop vite les ballons. Prendre un but à la dernière seconde, c'est  rageant car nous ne pouvions plus rien faire. Les joueurs étaient effondrés."