Platini UEFA
Michel Platini | FABRICE COFFRINI / AFP

Fair-play : Platini s'en prend à Thiriez

Publié le , modifié le

Michel Platini a égratigné dans une interview accordé jeudi à L'Equipe la politique menée par Frédéric Thiriez en matière de fair-play financier. D'après lui, le président de la LFP ne met pas en oeuvre tous les moyens pour lutter contre cette dérégulation qui pèse dans le milieu.

Michel Platini n'a pas été tendre avec Frédéric Thiriez. A peine rentré de vacances, passées dans sa propriété de Cassis, à côté de Marseille, celui qui officie actuellement à l'UEFA -et qui devrait annoncer en septembre s'il brigue ou non la succession de Sepp Blatter à la tête de la FIFA- a de nouveau défendu son cheval de bataille : installer durablement le fair-play financier en Europe. Et quand on parle fair-play financier, quoi de plus logique de penser au PSG et l'AS Monaco, qui ont investi des sommes folles (près de 300 millions d'euros) lors cette fenêtre estivale.

L'occasion pour Platini d'allumer la LFP sur cette dérégulation. "Monaco ne nous intéresse pas car il n’est pas en Europe. Il dépend de la Ligue française qui pousse depuis cinq ans pour le fair-play financier et qui ne le fait pas, a-t-il déclaré dans un entretien accordé à L'Equipe. Son président (ndlr : Frédéric Thiriez) dit que c’est grâce à lui qu’il y a le fair-play financier en Europe, mais il ne le fait pas… En résumé, c’est faites ce que je dis, mais faites pas ce que je fais…"

"Il n'y aura pas de passe-droit"

Ce qui ne sera pas le cas de l'UEFA. L'institution compte bien faire respecter cette nouvelle règle, en usant de tous les moyens possibles et imaginables. "Elle aura le courage de sanctionner, a-t-il assuré. Mais je répète que l’on n’est pas là pour tuer les clubs, même si on pourra les punir sévèrement s’il le faut. La commission qui étudie les dossiers de tous les clubs est indépendante. Elle fera ce qu’elle voudra. Il n’y aura pas de passe-droit." A eux de montrer patte blanche dès mai 2014.