nasser al khelaifi
Le président du PSG, Nasser Al-Khelaïfi. | FRANCK FIFE / AFP

Fair-play financier : Le TAS met un terme à la procédure de l'UEFA contre le PSG

Publié le , modifié le

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a donné raison mardi au Paris Saint-Germain dans ses démêlés sur le fair-play financier avec l'UEFA, en "annulant" la décision de l'instance européenne de réexaminer les finances du club.

Plus de peur que de mal. Le PSG, qui restait sous la menace du fair-play financier après que l'UEFA ait rouvert le dossier parisien, n'a plus aucun souci à se faire après la décision du Tribunal Arbitral du Sport. Comme on l'apprend dans un communiqué officiel du club de la Capitale, "cette décision invalide le renvoi de son dossier par la Chambre de jugement de l'ICFC devant la Chambre d'instruction de ce même ICFC.

Le PSG "a toujours respecté les règles"

L'instance de contrôle financier de l'UEFA avait décidé en septembre de rouvrir le dossier, classé en juin, après l'été 2017 à plus de 400M d'euros dépensés pour Neymar et Kylian Mbappé. Ce réexamen est "annulé", explique le TAS qui considère donc que la procédure de juin est "clôturée et définitive". "Le club fait valoir qu'il a toujours respecté les règles et s'est toujours efforcé de répondre avec sérénité et transparence aux demandes réitérées de l'UEFA et de l'ICFC, tant sur le plan de la forme que du fond" peut-on également lire dans le communiqué du Paris Saint-Germain. Désormais, Nasser Al-Khelaïfi peut dormir sur ses deux oreilles : aucune sanction ne sera infligée à son PSG.

Avec AFP