Nabil Fékir
Nabil Fekir | AFP

Face aux Verts, l'OL veut bien débuter sa semaine en enfer

Publié le

C’est Le choc de la 14ème journée de Ligue 1. Vendredi, l’Olympique Lyonnais reçoit l’AS Saint-Etienne pour un derby qui s’annonce chaud bouillant, quoique terni par l’absence de supporters stéphanois au Groupama Stadium. L’enjeu est de taille : un petit point seulement sépare l’OL, quatrième du championnat (24 pts), de Saint-Etienne, cinquième (23 points). Une rencontre décisive qui inaugure aussi la semaine marathon des Gones : ils devront enchaîner avec la réception cruciale de Manchester City en C1 et un déplacement à Lille (2ème).

La trêve internationale passée, Lyon doit se relancer. Difficiles tombeurs de Guingamp lors de la dernière journée (2-4) de Ligue 1 et impardonnables dans leur gestion du match face à Hoffenheim en C1 (2-2), les hommes de Bruno Genesio devront faire preuve davantage de rigueur s’ils veulent traverser l’ouragan qui les attend sans encombre. Car la semaine des Gones s’apparente à un véritable marathon : Saint-Etienne vendredi, Manchester City mardi, et Lille samedi prochain. Autant le dire, le calendrier n’a pas été tendre avec l’OL, qui peut tout gagner, ou tout perdre en l’espace de huit jours. Une succession de mauvais résultats pourrait très bien éjecter le club rhodanien de la course au podium en Ligue 1 et compromettre grandement ses chances de qualification huitièmes de finale de la Ligue des Champions.

Une éventualité à laquelle l’entraîneur de l’Olympique Lyonnais Bruno Genesio ne préfère pas penser. Systématiquement critiqué dans la gestion de son effectif et ses choix, celui qui aime à se comparer non sans humour à Pep Guardiola se prépare tout de même à affronter un nouvelle vague de déferlements haineux :Bien sûr, il y a toujours des choses à revoir, mais il y a des limites. Ce qui me gêne, c’est que les jugements sont faits après chaque match sans aucune nuance. Mais une carrière d’entraîneur, ce n’est pas ça. On ne la juge pas sur une rencontre, et quoique je fasse, je suis systématiquement critiqué » a expliqué le coach Lyonnais dans les colonnes du Progrès. Soutenu corps et âme par son président Jean-Michel Aulas, « Pep Genesio » aura l’occasion de répondre aux critiques avec les trois rencontres qui arrivent, à la condition que son équipe les aborde de la même façon que les matches références du club rhodanien cette saison : City, Marseille, Dijon, Nîmes.

Sixième derby sans supporters stéphanois

Si un coach semble en revanche faire l’unanimité dans son club, c’est bien Jean-Louis Gasset. Contrairement à son homologue de l’OL, l’entraîneur des Verts, prolongé en fin de saison dernière, est sur un petit nuage depuis quelques mois. En difficulté ces dernières années, Saint-Etienne a retrouvé un niveau digne de jouer les premiers rôles en Ligue 1, à tel point que la cinquième place des Stéphanois au classement ne surprend plus personne. Les arrivées de Yannis Salibur, Rémi Cabella et Wahbi Khazri ont boosté l’effectif des Verts, devenus imprenables à Geoffroy Guichard. C’est bien simple, les coéquipiers de Romain Hamouma n’ont plus perdu à domicile en Ligue 1 depuis le 6 mai 2018 et un revers face aux Girondins de Bordeaux (1-3).

Ogre dans son antre, Saint-Etienne voyage moins bien en dehors : 1 seule victoire à l’extérieur depuis le début de saison pour 3 matches nuls et deux défaites. La balance est vite faite. La rencontre de vendredi se disputant au Groupama Stadium, l’avantage sera double pour l’Olympique Lyonnais, d’autant que les supporters stéphanois ont été interdits de déplacement. C’est la sixième saison consécutive que le derby du Rhône se disputera sans supporters extérieurs. Une mauvaise publicité pour la Ligue 1. Jean-Louis Gasset pourra tout de même se consoler, puisqu’il dispose quasiment de son effectif au complet. Seul absence de marque, celle de Loic Perrin, victime d’une rupture à l’ischio-jambier de la cuisse gauche face à Reims.

En face, Bruno Genesio devrait logiquement renouveler son système de jeu en 3-4-3, auquel les joueurs se sont bien adaptés ces dernières semaines. Le coach rhodanien devra cependant choisir entre Tete ou le jeune Oumar Solet afin de pallier le forfait de Jérémy Morel, blessé. Pour le reste, l’effectif lyonnais devrait être somme toute classique, avec une défense Denayer Marcelo, un milieu Rafael, Ndombele, Aouar, Mendy, et un trio offensif habituel composé de Nabil Fékir, Memphis Depay et Moussa Dembélé.