barbosa
Barbosa délivre les siens | AFP

Evian revit face à Nantes

Publié le , modifié le

Evian-Thonon-Gaillard est parvenu à briser sa série de dix matches sans victoire en battant Nantes 2-0, lors du match d'ouverture de la 27e journée de L1. La formation savoyarde reste 17e, mais avec provisoirement cinq points d'avance sur Valenciennes, premier relégable. Le FCN demeure à la 14e place et n'a donc plus gagné depuis sept matches.

Si la neige est bien tombée à quelques kilomètres de là, la partie pouvait débuter sur un terrain en bon état. Les haut-savoyards démarraient cette rencontre tambour battant avec une incursion de Barbosa dès la première minute sur le côté gauche. Le milieu de terrain adressait un centre au millimètre pour Tulio De Melo dont la tête n'était pas assez déviée. Mais hormis cette belle occasion, les hommes de Pascal Dupraz n'ont pas vraiment fait vibrer les courageux spectateurs venus assister au Parc des Sports d'Annecy.  

Berigaud face à Djilibodji
Berigaud face à Djilibodji

Alors que certains commençaient sérieusement à s'ennuyer, Nantes allait en faire sauter quelques-uns sur un centre de Nicolita dévié magistralement de la tête par Bedoya, mais le ballon heurtait la barre et ne franchissait pas la ligne (24e). A la demi-heure de jeu, les Nantais réclamaient un pénalty inexistant pour un tacle de Mongongu sur Audel, mais on ne pouvait pas dire que le spectacle était très plaisant. En ajoutant une frappe de Koné qui passait de peu à côté du cadre nantais, on ne dénombrait que trois occasions lors d'une première période bien fade.

Barbosa a montré la voie

Mieux organisés, les Haut-savoyards se montraient bien plus dangereux qu'en deuxième période. Mais hormis les commentaires savoureux de Der Zakarian ("Dégagement de m… !" en évoquant son gardien), il n'y avait encore pas grand-chose à se mettre sous la dent dans ce duel. Il aura finalement fallu attendre l'heure de jeu pour voir l'ouverture du score signée Barbosa sur un centre en profondeur de Sorlin. A 37 ans, le natif d'Aubenas marquait d'ailleurs son premier but de la saison pour confirmer la domination des locaux (1-0, 61e). Bien en place, les Savoyards allaient même doubler la mise sur un coup franc –assez litigieux- tiré avec succès par Wass (2-0, 77e). Les trois précieux points de la victoires étaient ainsi assurés par l'ETG qui n'avait plus gagné depuis le 4 décembre 2013 (et un succès sur le p

Romain Bonte