Eric Roy, nouveau consultant football chez France Télévisions

Éric Roy, nouveau consultant France Télévisions : "J'ai envie de partager des émotions"

Publié le , modifié le

Nouveau consultant pour France Télévisions en cette saison 2019-2020 de football, Éric Roy est revenu pour nous sur ce choix de carrière et nous donne son avis sur l'actualité de la Ligue 1.

Après des rôles de consultant sur Direct8 et sur beIN Sports, pourquoi avez-vous choisi de rejoindre les équipes de France Télévisions ?
Éric Roy :
 "J'ai toujours travaillé dans un club ou dans un média depuis la fin de ma carrière de footballeur. Et quand mon projet s'est terminé au RC Lens en avril dernier et que France Télévisions est rentré en contact avec moi, ça m'a naturellement intéressé. Je suis dans le football parce que j'ai envie de partager des émotions et j'aurai la possibilité de le faire en tant que consultant foot chez France Télévisions. Ce sera valorisant, d'autant que j'aurai l'occasion de travailler sur la Coupe de France."

"La Coupe de France résume toutes les valeurs du foot"

Justement, vous commenterez les matchs de la Coupe de France aux côtés de Kader Boudaoud. Qu'est-ce que cette compétition représente pour vous ?
ER : 
"C'est une compétition à laquelle je suis très attaché, car c'est la coupe de tous les clubs. Avant de débuter en professionnel, j'évoluais dans un club amateur à Nice. Et quand tu es en amateur, tu peux y participer, ce qui est incroyable. La chance est ouverte à tous et il y a des surprises chaque année. Ces surprises, c'est ce qui rend le football magnifique. La Coupe de France résume selon moi toutes les valeurs du football."

Vous suivez la Ligue 1 de près, et vous êtes passé par l'Olympique Lyonnais entre 1993 et 1996. Quel regard portez-vous sur la crise qui traverse actuellement le club rhodanien ?
ER :
 "Ce n'est pas forcément une surprise, parce qu'il y a eu beaucoup de changements à l'intersaison. L'encadrement doit trouver ses marques, un nouveau fonctionnement. Penser que tout allait fonctionner tout de suite, c'est mal connaître le football. Mais l'équipe doit faire mieux, c'est une certitude."

L'état d'esprit en cause du côté de l'OL

Quelle est la part de responsabilité de Sylvinho dans les mauvais résultats de l'OL cette saison selon vous ?
ER :
"L'entraîneur a toujours une part de responsabilité, quand les résultats sont positifs ou négatifs. Mais selon moi, cette part de responsabilité n'égalera jamais celle des joueurs. L'entraîneur est une équation importante, certes, mais il est évident aujourd'hui que les joueurs de Lyon ne sont pas au niveau. Le collectif n'est pas à son niveau. On ne voit plus les bonnes choses du début de saison, même dans le derby alors que c'est le genre de rencontres où les joueurs ne devraient pas avoir besoin d'être motivés. Il y a une vraie réflexion à mener sur l'état d'esprit avant de parler de tactique. On espérait voir Lyon pas loin du PSG cette saison, mais c'est loin d'être le cas."

"Le feuilleton Neymar a fédéré le groupe"

Justement, à quel niveau situez-vous le Paris Saint-Germain en ce début de saison ?
ER :
"Je trouve que le PSG est en progrès. La fin du feuilleton Neymar a redonné de la stabilité et, paradoxalement, a fédéré le groupe. Ce que je reproche au PSG depuis deux saisons et les arrivées de Neymar et Kylian Mbappé, c'est que le club n'a jamais été aussi fort individuellement, mais aussi faible collectivement. Je n'avais jamais ressenti depuis deux ans une véritable équipe, le genre de collectif que l'on voyait sous Laurent Blanc. Et j'ai l'impression que c'est en train de se mettre en place progressivement. Les turbulences de cet été seront pour moi à l'origine de ce nouvel état d'esprit. Peut-être que tous vont se regrouper autour d'un projet commun, celui de gagner la Ligue des Champions, et je sens le PSG capable de le faire cette saison."

Enfin, nous ne pouvons pas vous quitter sans vous poser une question sur votre club de cœur, à savoir l'OGC Nice. Comment jugez-vous le début de saison des Aiglons ?
ER :
"Comme le PSG, ce début de saison est paradoxal. Nice a débuté la saison avec beaucoup d'incertitudes, dans l'attente d'un repreneur et sans recrutement. Les Aiglons se sont retrouvés rapidement dans les premiers du championnat et, depuis que Jim Ratcliffe est arrivé, les résultats sont moins bons. Je pense que Nice a toutes les cartes en main pour construire un club qui comptera dans le paysage footballistique français dans les années à venir. Ils ont des moyens financiers importants, un entraîneur de qualité et des hommes qui sont capables de faire progresser le club. Tous les voyants sont au vert, mais il faudra se montrer patient."

Denis Menetrier @DMenetrier