Du Final 8 à la Ligue 1, une reprise bien particulière pour l'Olympique Lyonnais

Publié le , modifié le

Auteur·e : Denis Menetrier
Memphis Depay dispute peut-être ses derniers matches avec l'OL
Memphis Depay dispute peut-être ses derniers matches avec l'OL | Miguel MEDINA / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Neuf jours seulement après avoir achevé sa saison 2019-2020 par une défaite en demi-finale de Ligue des champions contre le Bayern Munich (0-3), l'Olympique Lyonnais entame son exercice 2020-2021 ce vendredi. Lyon reçoit Dijon, qui s'est incliné lors de la 1re journée contre Angers (0-1), avec encore énormément d'incertitudes sur la saison à venir. Des joueurs sur le départ, un projet de jeu à faire évoluer, un groupe à consolider : l'OL entame vendredi une reprise sans précédent.

Parmi les nombreuses questions qui peuvent donner des maux de tête à un entraîneur professionnel, celle de la motivation de ses troupes en est une qui se pose quotidiennement : comment transmettre à ses joueurs une rage de vaincre et une soif de victoire à chaque veille de match ? Depuis neuf jours, et l'élimination de l'Olympique Lyonnais en demi-finales de la Ligue des champions contre le Bayern Munich (0-3), Rudi Garcia doit en avoir des migraines. Car les Lyonnais doivent se replonger dès ce vendredi dans un nouveau challenge, une nouvelle épreuve éreintante mais décisive pour l'avenir du club.

Dire que le match de reprise de l'OL contre Dijon fait forcément moins saliver qu'un dernier carré de Coupe d'Europe n'est pas un manque de respect envers le DFCO. Mais il s'agit bel et bien de cette transition supersonique, qui pourrait déconnecter plus d'un joueur, que doivent opérer les Lyonnais. Rudi Garcia s'est montré rassurant en conférence de presse mercredi : "Après quelques jours de repos, j'ai retrouvé un groupe joyeux, concentré et travailleur. On va devoir montrer le même visage que lors des dernières semaines." Mais comment aborder ce premier match de la saison 2020-2021 contre Dijon ? Pour Karl Toko-Ekambi, interrogé par L'Équipe dans l'édition de jeudi, "il faut qu'on le fasse intelligemment. Qu'on prenne Dijon comme si c'était le Bayern, et qu'on se focalise sur notre jeu, sur notre état d'esprit."

Un statut de favori à assumer

Véritable mantra du directeur sportif Juninho depuis plus d'un an maintenant, l'état d'esprit a évolué au sein de l'effectif lyonnais. L'épopée en Ligue des champions en est la preuve, mais l'équipe de Rudi Garcia devra cependant s'adapter lors de cette reprise. Pas question d'aborder les rencontres de Ligue 1 et celle contre Dijon de la même manière que contre la Juventus, Manchester City ou le Bayern Munich. "On a travaillé l'utilisation du ballon, le fait de prendre en main le jeu (...). On va avoir une approche tactique différente par rapport à la Ligue des champions, avec en face un bloc dijonnais probablement compact. Il va falloir trouver des espaces", a expliqué Rudi Garcia.

Très convaincant en laissant la possession du ballon et la maîtrise du jeu à son adversaire lors du Final 8, Lyon va à son tour se retrouver dans la peau du favori pour une bonne partie de la saison. Un statut qui ne lui a pas vraiment réussi l'année dernière et que les Lyonnais devront travailler s'ils veulent terminer sur le podium, l'objectif du club. D'autant plus que les supporters, enthousiastes après la qualification en demi-finales de C1, souhaiteront voir davantage de leur équipe. Neuf jours plus tard, les exploits des Lyonnais sont encore dans toutes les têtes et l'obligation de résultat vendredi face à Dijon en est d'autant plus forte.

"Maintenant, on a la tête au championnat. La Champion's League a été bonne mais elle est terminée. Une nouvelle saison commence et on veut bien débuter", a assuré Fernando Marçal en conférence de presse mercredi. Pourtant, certains joueurs de l'effectif doivent avoir la tête ailleurs. Là est également la spécificité de cette reprise express, avec seulement neuf jours pour passer d'une saison à l'autre : plusieurs joueurs sont en instance de départ et démarreront cette saison avec l'OL sans la finir avec le club rhodanien. Les départs de Moussa Dembélé, dont le profil plaît en Angleterre mais également au FC Barcelone pour remplacer Luis Suárez, et de Houssem Aouar, suivi par le Real Madrid, Manchester City et la Juventus, semblent actés.

Un effectif loin d'être définitif

En ce début de saison si particulier, Rudi Garcia devra peut-être se trouver un nouveau capitaine. En fin de contrat en juin 2021, Memphis Depay pourrait quitter le club en cas d'offre intéressante. Et comme si cela ne suffisait pas, l'effectif de l'OL est pour l'instant surchargé pour un club qui ne participera à aucune compétition européenne cette saison. D'autres départs (Kenny Tete, Bertrand Traoré ?) sont donc à prévoir et rajoutent de l'incertitude à ce début de saison avec un effectif loin d'être définitif, alors que le mercato ne se terminera que le 5 octobre prochain. "On ne sait pas ce qui va se passer, qui va partir. Ce qui compte, c'est que ceux qui jouent avec le maillot de l'OL soient à 100%", a souligné l'entraîneur de l'OL.

Pour débuter sa saison, contre Dijon, le groupe de joueurs actuel évoluera devant 5 000 supporters au Groupama Stadium. "On commence à avoir l'habitude. On doit avant tout rester concentré", a assuré Marçal en conférence de presse. "Il faut que les joueurs se servent des émotions vécues à Lisbonne pour s'en créer d'autres. Notre pain quotidien c'est le championnat, et ça commence vendredi", expliquait Rudi Garcia avant lui. Un pain quotidien qui se nommera Dijon ce vendredi, que l'OL devra dévorer pour bien démarrer sa saison et concrétiser sa bonne gestion d'une transition de neuf jours inédite.

à voir aussi Ligue des champions : Lyon sort "la tête haute", Juninho annonce déjà des départs Ligue des champions : Lyon sort "la tête haute", Juninho annonce déjà des départs