Droits TV : le tribunal de commerce de Nanterre valide l'accord entre la Ligue et Mediapro

Publié le , modifié le

Auteur·e : Louise Gerber
Mediapro

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le tribunal de commerce de Nanterre a validé l'accord trouvé entre la Ligue de football professionnel (LFP) et Mediapro, groupe sino-espagnol principal diffuseur du championnat de football français. Canal + pourrait maintenant se positionner pour récupérer les droits de diffusion.

C'est la fin d'un conflit long de deux mois entre la LFP (Ligue de football professionnel) et Mediapro. Le tribunal de commerce de Nanterre a validé ce mardi l'accord trouvé le 11 décembre dernier par les deux parties. Avec cette décision de justice, la LFP récupère ses droits de diffusion sur la Ligue 1 et la Ligue 2 et doit maintenant trouver un autre partenaire à qui les céder. Canal+, diffuseur historique du championnat français, pourrait se positionner. Mais la chaîne cryptée a déjà indiqué via son patron Maxime Saada qu'elle ne réinvestirait pas "à perte" dans le football.

Pas de poursuite, 100 millions d'euros de dédommagements 

Le groupe sino-espagnol n'avait pas payé à la Ligue les échéances d'octobre (172,3 millions d'euros) et de décembre (152,5 millions d'euros). Face à ces refus de paiement, la Ligue avait dû emprunter 112 millions d’euros pour verser aux clubs leurs parts des droits TV afin de ne pas les mettre en difficulté financière - ces droits constituant la recette principale de nombreux clubs. Le désormais ex-diffuseur devra verser 100 millions d'euros à la Ligue, dont 36 seront différés à 2021, en échange de quoi la Ligue s'est engagée à ne pas attaquer Mediapro en justice.

Dans un communiqué, la LFP a indiqué "se réjouir de cette première étape indispensable dans le traitement de ce dossier majeur pour l’avenir du football professionnel français". De son côté, le groupe sino-espagnol annonce "prendre acte" de cette décision et confirme dans un communiqué que sa chaîne Téléfoot "continuera de diffuser les matchs et les programmes de Ligue 1 et de Ligue 2, jusqu'à la réattribution de ces droits à un autre diffuseur".

à voir aussi Mediapro : les cinq dates d'un fiasco Mediapro : les cinq dates d'un fiasco