Djibril Cissé
Djibril Cissé | PIZZOLI / AFP

Djibril Cissé officialise sa retraite

Publié le , modifié le

L’attaquant international a confirmé qu’il arrêtait sa carrière. Il l’a dit hier sur le plateau de l’émission J+1 non sans avoir versé une petite larme. L’avant-centre formé à l’AJ Auxerre a inscrit 249 buts en 582 matches dans les différents clubs avec lesquels il a évolué. Il a également marqué 9 buts en 41 sélections mais a échoué à quatre unités des 100 buts en Ligue 1, son ultime objectif.

Cissé laissera l’image d’un attaquant prolifique et spectaculaire en début de carrière avant de décliner dans la deuxième partie. Comme José Touré dans les années 80, il n’aura pas eu beaucoup de réussite sous le maillot bleu, ratant l’Euro 2004 pour un carton rouge reçu auparavant avec les Espoirs, et manquant la Coupe du monde 2006 à cause d’une grave blessure contractée lors du match amical France-Chine à Saint-Etienne (double fracture tibia-péroné).

Pas veinard, il sera également dans la charrette des exclus du groupe concocté par Raymond Domenech pour l’Euro 2008. Avec les Bleus, il soulèvera tout de même la Coupe des confédérations en 2003, l’ultime trophée de la génération Zidane.

Champion d’Europe avec Liverpool

Le natif d’Arles s’est construit un beau palmarès avec en point d’orgue la Ligue des champions glanée avec Liverpool en 2005 à l’issue d’une finale fantastique face à l’AC Milan (il avait d’ailleurs réussi son tir au but). Il a remporté la Coupe de France avec Auxerre (en 2003) et la FA Cup avec les Reds en 2006 contre West Ham, de nouveau au terme d’une séance de tirs au but. Après un passage mitigé à l’OM où il ne gagne rien (vice-champion de France et finaliste de la coupe contre Sochaux perdue… aux tirs au but), il poursuit sa carrière sinusoïdale au Panathinaïkos d’Athènes avec qui il réalise le doublé en 2010.

Le double meilleur buteur de Ligue 1 (22 buts en 2002, 26 en 2004) achèvera son parcours à Bastia en 2014-15 où il inscrira 6 buts en 27 rencontres, après des passages moyens à la Lazio, QPR ou encore Kouban. Son image restera surtout associée à celle de l’AJA dont il est le deuxième meilleur buteur de l’histoire (90 réalisations, 100 pour le Polonais Andrzej Szarmach).