L1 Marseille Didier Deschamps portrait interview 03 2010
Didier Deschamps confiant mais humble avant le clasico | AFP - Franck Fife

Deschamps:"le rival d'un week-end "

Publié le , modifié le

L'entraîneur de Marseille estime que la cohésion de son équipe, poussée désormais par "une idée commune", s'améliore, comme l'atteste le carton à Zilina mercredi en Ligue des champions (0-7). Visiblement décontracté à l'avant-veille du clasico contre le PSG, qui intervient alors que les deux équipes sont pour la première fois depuis longtemps toutes les deux en haut du tableau, il relève aussi la "force collective" du PSG.

Le Paris SG est-il plus fort selon vous que la saison dernière?
Didier Deschamps: "Oui, je pense. Ils créent du danger offensivement, même s'ils n'ont peut-être pas le réalisme et l'efficacité, mais il y a cette qualité et en même temps, la solidité défensive. Il y a une force collective qui se dégage beaucoup plus sur ce début de saison, qu'ils n'avaient sans doute pas la saison dernière".

L'OM est-il plus fort aussi?
DD:"C'est difficile de comparer objectivement. Sur le plan comptable, on peut le faire. Mais on a pas mal changé aussi, dans le domaine offensif".

Votre match à Zilina est-il, dans le jeu, le plus accompli de la saison?
DD: "Avec tout ce qu'on a pu faire, dans les intentions, la mobilité, la justesse technique, la simplicité et l'efficacité, je ne vais pas faire la fine bouche... Il faut désormais être capable de répéter cela tous les 3, 4 jours, sachant que l'adversité dimanche sera largement supérieure".

Ne craignez-vous pas de verser dans l'euphorie?
DD: "Sincèrement non, vu le match qui nous attend... Il y avait de la joie, mais pas excessive non plus".

Vous êtes quand-même favori...
DD: "Pourquoi? C'est subjectif, car ils sont chez eux. Si vous voulez, on peut être favori partout.... Il y a une opposition entre deux équipes qui ont de bons résultats, cela nous permet d'avoir un test intéressant. Le Paris-SG est une équipe qui se bat pour les premières places. Potentiellement, cela fait partie des équipes qui luttent pour une place en Coupe d'Europe. C'est le rival d'un week-end après on fera les comptes au mois de mai".

L'équipe approche-telle de son potentiel?
DD: "Il y a eu une prise de conscience de ceux qui sont arrivés. Il faut aussi trouver des automatismes, de la complémentarité dans les déplacements, que chacun joue sa partition et n'essaie pas de sortir de son registre parce que cela peut aller à l'encontre du collectif. Le match de mercredi a été très bien sur ce plan-là. Nous travaillons pour cette idée commune, même si ce n'est pas facile".

La saison dernière, vous avez atteint comparativement cette cohésion plus tard...
DD: "Il y quand-même un noyau dur de joueurs, qui sont là pour transmettre, même si la tête a tendance à relâcher après les saisons à succès. Une grande majorité des joueurs est aussi proche de son meilleur niveau. Sur le plan collectif, cela se ressent aussi, alors qu'en début de saison, il y avait des disparités très, très importantes".

AFP