Deschamps OM Marseille
Didier Deschamps. | ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Deschamps : "Ne pas baisser les bras"

Publié le , modifié le

Sans victoire en Ligue 1 depuis trois mois, Marseille ne finit plus d'inquiéter. Son entraîneur Didier Deschamps a reconnu jeudi devant la presse qu'il y a "des manques" dans son équipe et surtout montre du doigt certains joueurs, confiant que "faire passer un projet collectif avant les projets individuels, c'est encore plus difficile en France".

Morgan Amalfitano a dénoncé cette semaine "des tricheurs à l'OM". Partagez-vous son point de vue ?
DIDIER DESCHAMPS : Je ne sais pas de quoi vous me parlez, je n'ai pas lu la presse. Dans des périodes compliquées comme celle-ci, on peut dire beaucoup de choses sous le coup de l'énervement. Si on en est là, c'est parce qu'il y a des manques. C'est toujours le même souci, faire passer un projet collectif avant les projets individuels, c'est difficile, et en France ça l'est encore plus. Je ne vais pas faire de cas particuliers, mais personne n'a rien à y gagner".

Qu'est-ce qui manque le plus dans cette équipe ? Du caractère ?

D.D : "Il y a un peu de tout. C'est un ensemble de choses qui font que dans une situation de perte de confiance, les choses simples deviennent compliquées. De plus, on va jouer notre 53e match de la saison avec des fréquences rapprochées. A Bordeaux (défaite de l'OM 2-1), malgré un très mauvais départ, j'ai vu des joueurs concernés, mais on se met des handicaps en étant rapidement mené, ça n'incite pas à la confiance. Les intentions, on les a, mais on se met des coups sur la tête".

Quels sont les objectifs de fin de saison, et selon vous l'OM est-il finalement à sa place ?

D.D : "Pensons d'abord au match qui arrive. On a cinq matches à jouer, il faut prendre des points car on en a besoin de toute façon. Il faut donner l'image la plus positive possible par rapport au maillot que l'on porte, ne pas baisser les bras. Quant à notre place, la saison se joue aussi sur des détails, cela aurait pu basculer dans l'autre sens. Je veux juste tirer les choses positives car on se doit d'avancer, sur le fond de jeu on doit s'améliorer. On va tâcher de finir correctement, après on verra bien ce qui s'ensuivra".

Le club espagnol de Valence, où vous avez joué, s'intéresse à vous. C'est une ville que vous aimez ?

D.D : "Je ne lis pas tout ce qui peut être écrit. Je suis sous contrat encore deux ans avec Marseille, alors arrêtez de me poser des questions sur mon avenir".

AFP