L1 Marseille Didier Deschamps portrait interview 03 2010
Didier Deschamps | AFP - Franck Fife

Deschamps : "Il faut rebondir"

Publié le , modifié le

Exit la Ligue des champions. Eliminé par Manchester United mardi, Marseille enchaîne avec un autre gros match dimanche face au PSG. Didier Deschamps espère que ses joueurs auront beaucoup appris de cette expérience européenne. "Cette très belle parenthèse se ferme mais elle doit servir. Il faut enchaîner ce type de rencontres, avec ce contexte-là, cette pression-là, pour gagner en efficacité", indique l'entraîneur olympien dans une interview.

Q : La défaite à Manchester et l'élimination en C1 sont-elles digérées ?
R : "J'ai fait en sorte de laisser passer deux jours, mercredi et jeudi, pour éliminer ce sentiment de déception, les regrets qu'il pouvait y avoir. Il y a eu un pic avec le match à Old Trafford, c'est logique qu'il y ait une décompression derrière. On va basculer à partir d'aujourd'hui (vendredi, ndlr) sur ce qui nous attend. Face à Manchester, sur les deux matches, il n'y a pas eu de différence criante mais il y a eu une différence quand même. Les joueurs ont la sensation, même s'ils n'ont pas tout bien fait, d'avoir été à la hauteur, d'avoir fait peur à cette équipe de Manchester. Cette très belle parenthèse se ferme mais elle doit servir. Il faut enchaîner ce type de rencontres, avec ce contexte-là, cette pression-là, pour gagner en efficacité. On doit se nourrir de cette expérience-là."

Q : Le match face au Paris-SG est l'occasion de faire parler cette expérience.
R : "Il faut rebondir et replonger dans ce qui, je vous le répète depuis le début de la saison, reste notre priorité numéro un, à savoir atteindre la Ligue des champions à la fin de la saison. Paris est un adversaire direct car il a le même objectif. Ils sont trois points derrière nous, en gagnant chez nous, on les mettrait à six points. Ce n'est pas rédhibitoire, ni décisif mais il ne reste plus qu'une dizaine de journées derrière, donc, forcément ces points pris dans les confrontations directes sont importants. Pour nous, prendre ces trois points, ce serait en plus confirmer notre bon résultat à Rennes".

Q : On a le sentiment que les OM/Paris-SG sont moins passionnés. Qu'en pensez-vous ?
R : "Ca s'est peut-être un peu apaisé même si ça va sans doute monter en puissance d'ici dimanche. C'est vrai qu'il y a peut-être moins de déclarations d'un côté comme de l'autre, de petites étincelles qui peuvent déclencher les hostilités. Après, ça reste un match de foot, on ne va pas le banaliser. Dans le coeur des supporteurs, ça a une importance particulière et spéciale, d'un côté comme de l'autre. Ce n'est pas un match comme les autres".

Q : Quel regard portez-vous sur cette équipe du Paris-SG ?
R : "Elle a de la qualité offensive. Je les ai vus hier (jeudi, face au Benfica Lisbonne en Europa League) encore, même s'ils n'ont peut-être pas eu l'efficacité. Je me rappelle qu'avant d'aller les jouer au match aller, on disait qu'ils étaient inefficaces et en vingt minutes, ils nous avaient mis deux buts. Il y a de la qualité dans leur animation offensive, ils sont capables de créer des problèmes à l'adversaire. Ce n'est pas pour rien que c'est une équipe qui fait un bon Championnat".