L1 Marseille Didier Deschamps portrait interview 03 2010
Didier Deschamps | AFP - Franck Fife

Deschamps : "On est dans le dur

Publié le , modifié le

L'entraîneur Didier Deschamps a estimé "très injuste" la 5e défaite consécutive de l'OM en championnat face à Dijon (1-2), qui fait reculer Marseille à la 9e place, reconnaissant cependant que son équipe connaissait un sérieux problème d'efficacité.

Comment analysez-vous cette nouvelle défaite ?
DIDIER DESCHAMPS: "Malheureusement, c'est très injuste ce soir, même si les deux buts de Dijon surviennent après des erreurs. On a eu pas mal d'occasions, mais on a manqué de réalisme et de précision. Cette défaite nous fait mal et le fait que ce soit la 5e nous met en difficulté en championnat et notre 9e place reflète ces difficultés. Mais je n'ai pas vu une équipe de Marseille qui n'était pas mobilisée et qui n'avait pas de détermination. Durant toute la 2e période, on a poussé, je n'ai pas le sentiment d'avoir vu une équipe qui n'était pas là."

Cela confirme que les lendemains de Ligue des champions sont difficiles ?
D.D: "L'après Ligue des champions, c'est toujours difficile, mais je n'ai pas vu une équipe émoussée, malheureusement, on perd un nouveau match de championnat à domicile face à une équipe qui a deux occasions et qui marque deux fois. Aujourd'hui, on a des difficultés à marquer, on a une efficacité offensive qui n'est pas bonne ces derniers temps. Par rapport aux occasions qu'on a, on a une efficacité offensive insuffisante. Aujourd’hui on est 9e, on ne gagne pas un point depuis cinq journées, on est dans le dur."

Avez-vous fait une croix sur une qualification en Ligue des champions l'année prochaine ?
D.D: "On est sur quatre compétitions, là où on est le moins bien embarqué, c'est en championnat. Et aujourd'hui, notre situation est compromise, bien évidemment. On a eu une parenthèse fabuleuse mardi. Aujourd'hui, si on est 9e, il ne faut pas se voiler la face, c'est qu'on le mérite à travers notre très mauvais début de championnat et cette mauvaise série. C'est un paradoxe extrême avec la joie qu'on a connue mardi. Aujourd'hui, c'est une énorme déception."

AFP