Leonardo et Carlo Ancelotti
Leonardo et Carlo Ancelotti, respectivement directeur sportif et entraîneur du PSG | JACQUES DEMARTHON / AFP

Des têtes vont tomber au PSG

Publié le , modifié le

Carlo Ancelotti et Leonardo sont sur la sellette. L'entraîneur du Paris-Saint-Germain et son directeur sportif ne devraient pas résister à la mauvaise série actuelle qui plonge le club de la capitale dans la crise. Selon L'Equipe, Erik Gerets pourrait assurer la transition avant l'arrivée l'été prochain d'un coach de renom, Pep Guardiola, Arsène Wenger ou Jose Mourinho.

Nice, la défaite de trop

La crise automnale est une constante au Paris-Saint-Germain. Les résultats sportifs déclinent souvent en novembre, mois où le PSG a tendance à perdre ses illusions du début de saison. Cette fois, le malaise semble plus grand que d'habitude. Les défaites contre Rennes (1-2 à 11 contre 9), Saint-Etienne (élimination en quart de finale de la Coupe de la Ligue aux tirs au but) et Nice (1-2 au Ray) sonneraient le glas du tandem Leonardo-Ancelotti, l'attelage censé donner à Paris la dimension internationale recherchée.

Mais les deux hommes ont accumulé les erreurs selon les dirigeants qatariens, les propriétaires qui mettent l'argent. Nasser al-Khelaïfi et le Cheikh Tamim n'apprécient pas de voir l'armada parisienne déjouer au point de s'enfoncer dans la crise sans réagir. Ils reprochent à Leonardo ses mauvais choix –à commencer par le recrutement d'Ancelotti alors qu'Arsène Wenger était pressenti. Le dernier exemple en date est le plus frappant: le Batave Gregory Van der Wiel constitue un vrai fiasco. Mais Javier Pastore, arrivé à l'été 2011 pour 42 millions d'euros, est également décrié. Le Brésilien a eu le nez creux pour Thiago Silva et Ibrahimovic mais son aura a décliné ces dernières semaines.

Pastore, Van der Wiel: des échecs

Pour Carlo Ancelotti, c'est encore pire. Le technicien italien est jugé unique responsable du rendement insuffisant de l'équipe qui pointe ce matin au 4e rang du classement, à 5 longueurs de Lyon et à 3 de l'OM, deux clubs disposant pourtant de moyens beaucoup plus limités. L'ancien coach du Milan n'a pas réussi à dégager une véritable ossature, un groupe resserré. Son coaching parfois déconcertant joue contre lui: samedi à Nice, il a ainsi fait rentrer Pastore et Van der Wiel, les deux joueurs les plus transparents depuis août. Surtout, Ancelotti paraît naviguer à vue, changeant quasi systématiquement de formule de départ en fonction de l'adversaire, de la forme affichée par certains ou de son feeling du moment. 

Gerets en attendant mieux ?

Malgré un bilan intéressant en Ligue des champions (le PSG est déjà qualifié avant le dernier match de groupe contre le FC Porto mardi qui déterminera sa place finale) quoique flatteur (le Dinamo Zagreb et le Dynamo Kiev ne sont pas des ténors européens), Ancelotti devrait être licencié dans les prochaines semaines voire les prochains jours, selon le quotidien L'Equipe. Il en coûtera au minimum 11 millions d'euros mais cela ne dérangera pas les patrons du club parisien, lassés d'attendre des améliorations qui ne viennent pas. 

La solution espérée ? L'arrivée avant la fin de l'année d'Erik Gerets, l'ancien entraîneur de l'OM. Le Belge (58 ans), viré de son poste de sélectionneur du Maroc, dirige actuellement le club de Lekhwiya, cher au Cheikh Tamim. Il pourrait prendre les commandes du vaisseau parisien en attendant l'arrivée pour la saison prochaine d'un grand nom. Trois se dégagent: Pep Guardiola, l'ancien entraîneur de Barcelone (41 ans et libre). José Mourinho, le technicien du Real (49 ans, qui ne fait pas l'unanimité à Madrid), et Arsène Wenger, 63 ans, en poste jusqu'en 2014 à Arsenal pour peu que les derniers résultats du club londonien s'améliorent.

Voir la video