Guerreiro (Lorient) contrôle devant Mariano (Bordeaux)
Guerreiro (Lorient) contrôle devant Mariano (Bordeaux) | JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Déluge de buts sur Lorient-Bordeaux

Publié le , modifié le

Lorient et Bordeaux ont fait match nul (3-3) dimanche pour le compte de la 6e journée, au terme d'une rencontre qui a connu un drôle de scénario. Ce déluge de buts, sous le soleil, fut un paradoxe pour une L1 généralement moins prolifique. Mais sans être spectaculaire, le match s'est surtout nourri de contres, et d'intentions débridées.

Festival de ballons perdus 

Bordeaux a longtemps cru avoir fait le plus difficile en menant 3-1, après avoir profité de mauvaises relances lorientaises et de fautes de mains d'Audard. Mais les girondins, s'ils se sont enfin décidés à mettre du jeu, sont malgré retombés dans leurs travers défensifs en deuxième période, avec là encore un festival de fautes et de mauvais contrôles qui ont permis aux Lorientais de redresser la tête et de revenir au score.   

Les Bordelais, à des années-lumières de leur performance apathique de jeudi en Europa League ont débuté avec le couteau entre les dents, récompensés d'un penalty transformé par Diabaté (8e) sanctionnant une main d'Aboubakar. Le Camerounais s'est ensuite rattrapé en égalisant (23e) de près. Mais une minute plus tard, le flottement lorientais et celui du ballon tiré par Sertic et mal apprécié par Audard, sanctionnait les Merlus (24e). Lorient était même K.O. debout quand Saivet crucifiait le gardien d'une frappe lointaine.

Un nul logique

Mais c'est Poundjé avant la pause, d'une passe en retrait manquée ayant profité à Monnet-Paquet, qui a relancé les Bretons (44e). A l'heure de jeu, Diallo, guère inquiété par la défense bordelaise, égalisait pour Lorient (58e, 3-3). 

Portées vers l'avant, les deux équipes tentaient encore jusqu'à la fin, mais il leur manquait le dernier geste technique et la précision pour faire basculer le match comme si, finalement, le nul devait être une conclusion logique. Si les Merlus restent 14e au classement, les Girondins, mal récompensés de leurs intentions avec ce point ramené du Moustoir, demeurent 17e et sous la menace de la zone rouge

Christian Grégoire