Bastia-PSG
Au match aller, disputé lors de la 1ère journée du Championnat, le PSG de Lucas (au centre) s'était imposé sur la plus petite des marges (1-0) face aux Bastiais Lassana Coulibaly (à gauche) et Medhi Mostefa (à droite). | Pascal Pochard Casabianca / AFP

De Paris à Bastia, l'objectif est à la relance pour ne pas toucher le fond

Publié le , modifié le

Le Paris Saint-Germain accueille le SC Bastia ce samedi (17h) au Parc des Princes pour le compte de la 36e journée de Ligue 1. Relégués à trois points de l'AS Monaco - avec un match en plus - les Parisiens n'ont pas le droit à l'erreur après leur défaite à Nice (1-3), le week-end dernier. Une victoire est impérative pour encore entretenir un soupçon d'espoir dans la course au titre, mais également conserver une 2e place menacée par les Niçois. Pour Bastia, lanterne rouge, c'est un exploit que devront faire les Corses pour rester dans l'élite.

Une défense parisienne décimée

Pas moins de cinq joueurs manquent à l'appel pour l'entraîneur du PSG, Unai Emery. En plus de la défaite à l'Allianz Riviera face à l'OGC Nice dimanche dernier (1-3), le club de la capitale a aussi perdu Angel Di Maria et Thiago Motta. Expulsés pour des gestes violents en fin de rencontre, l'ailier argentin et le milieu italien ont été suspendus deux matchs ferme par la commission de discipline de la Ligue ce jeudi. Si l'armada offensive parisienne est assez fournie pour pallier à ces défections, c'est en revanche beaucoup plus compliqué sur le plan défensif, en particulier sur le côté gauche. Touché à la cheville sur la Côte d'Azur, Maxwell est toujours handicapé. Le latéral brésilien ne devrait pas être de la partie, tout comme Layvin Kurzawa (blessé au genou depuis plusieurs semaines). Qui mettre à gauche alors ? Presnel Kimpembe, suspendu, Emery pourrait titulariser Serge Aurier ou Blaise Matuidi à ce poste. Une expérience peu convaincante à Nice où c'est bien ce côté gauche qui avait notamment pris l'eau...

 

 

   

La dernière chance de Bastia ?

Rencontre face à Lyon perdue sur tapis vert, trois matchs à huis clos et sur terrain neutre : la commission de discipline de la Ligue s'est montrée plutôt sévère envers Bastia mais, sans retrait de points, les Corses échappent au pire. Lanterne rouge du Championnat, le Sporting ne compte donc toujours que 2 longueurs de retard sur Dijon, 17e et premier non-barragiste. Un écart plutôt faible mais qui semble être une montagne au vu du calendrier bastiais. Après le voyage en terre parisienne, Bastia se déplacera au stade Vélodrome lors de la dernière journée pour y défier l'Olympique de Marseille. Si la rencontre face à Lorient (probablement délocalisée à Fos-sur-Mer) paraît la plus abordable, une seule victoire ne suffira certainement pas aux joueurs de Rui Almeida pour se maintenir. Dès lors, un miracle est attendu ce samedi sur la pelouse du Parc des Princes...

 

 

En pensant au drame de Furiani

Après le match aller houleux entre les deux équipes lors de la première journée en août dernier (le Brésilien du PSG​, Lucas, frappé par le manche d'un drapeau au poteau de corner), on ne devrait pas retrouver la même ambiance hostile ce samedi dans les travées du Parc. D'autant plus que cette rencontre se déroulera au lendemain de la commémoration du 25e anniversaire du drame de Furiani où 18 personnes avaient perdu la vie. Une catastrophe que "n'oubliera jamais" le Paris Saint-Germain. Porté par ce souvenir si douloureux et tellement ancré dans son histoire, le SC Bastia pourrait alors se sublimer et donner bien du fil à retordre aux Parisiens. Pas de match le 5 mai, un exploit le 6 ?   

 

 

Fabien Mariaux